Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

15 septembre : Fête patronale à Rillé

Les soeurs du Christ Rédempteur

Vitrail de la chapelle de Rillé à Fougères (35)Ce jour, l’Eglise universelle fête Notre-Dame des Sept Douleurs

Dès l’origine, La Congrégation des Soeurs du Christ Rédempteur a choisi Marie sous ce vocable comme Patronne principale.

Notre-Dame des Sept Douleurs aux représentations diverses ici et là dans la Congrégation, et en particulier à Rillé...

Vitrail de la chapelle de Rillé à Fougères (35). Détail.Marie blessée par sept glaives qui s’enfoncent dans sa poitrine...

Les sept glaives s’étendent à toute la vie de la Vierge.
Le premier glaive est la prophétie de Siméon à qui la métaphore est empruntée : "Vois, cet enfant est fait pour la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël ; il doit être un signe en butte à la contradiction, et toi-même, un glaive te transpercera l’âme, afin que se révèlent les pensées de bien des cœurs" (Luc 2, 35).

Notre-Dame des Sept Douleurs !

Ces représentations émouvantes nous rappellent les souffrances de Marie, l’une des nôtres, une femme de notre terre ; elle a donné la vie à Jésus et elle a connu la douleur incomparable de voir son fils mourir suspendu à la Croix.

Vitrail de la chapelle des Soeurs du Christ Rédempteur à Geulle (Nederland)la 1ère douleur, qui annonce toutes les autres, est donc la prophétie de Siméon dans le temple de Jérusalem.
la 2ème : La fuite en Egypte
la 3ème : La disparition de l’Enfant Jésus
la 4ème : Le portement de Croix
la 5ème : La crucifixion
la 6ème : La déposition de Croix
la 7ème : La mise au tombeau.

On fête Notre Dame des Douleurs le 15 septembre, le lendemain de la fête de la Sainte Croix, ce qui est normal, puisque la plus grande douleur de Marie fut de voir son Fils sur la croix.

Bas-relief sous l’autel principal de la chapelle de Rillé, oeuvre du Rennais Auguste Bouvier : "Piéta" en terre cuite, modelée à la main, et de moulage unique. Le Christ est mort, iI est étendu au pied de la croix. Marie essaie de soulever le buste de son divin Fils. L’apôtre Saint Jean et Sainte Madeleine contemplent, dans un touchant saisissement, cette scène de douleur.

...................

Marie blessée... Marie forte et courageuse :
"Elle se tenait debout au pied de la croix de son Fils..."(Jean 19, 25).
Marie modèle de tendresse et de compassion pour qui est dans l’épreuve...

Comme Marie,
"nous continuerons de croire aux énergies de vie divine... Comme elle, il est important de rester debout, et, là même où le mal fait ses ravages, d’être porteuses d’espérance"...

(Règle de Vie des Soeurs du Christ Rédempteur, n° 11)

Vierge des 7 Douleurs, à Rillé-Fougères (35)

Sr H R, SCR

Têtiere actus

Fêtes liturgiques

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 27 juin 2017

Dans les moments d’épreuve, il est important de rester debout, comme Marie au pied de la Croix, et là même où le mal fait ses ravages, d’être porteuses d’espérance (Règle de Vie)
Pied partage