Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

1961 : 1er départ des Soeurs vers le Burkina

Accueil > Où sommes-nous ? > Quelques pages du Burkina Faso > Tambaga > 1961 : 1er départ des Soeurs vers le Burkina

Les soeurs du Christ Rédempteur

1er épisode

Elles ont risqué !...

En réponse à l’encyclique Fidei Donum du 21 avril 1957 de Pie XII, la décision est prise dans la Congrégation de Rillé-Fougères d’envoyer des Sœurs en Afrique.

Nous sommes en janvier 1961. Depuis un peu plus de 6 mois, la nouvelle se répand, avec une grande rapidité, dans toute la Congrégation et au-delà.

de g à d : Srs St Vincent, du St Nom de Marie, Henriette des Anges, Maria de la TrinitéQuatre Sœurs françaises se préparent à partir en Haute-Volta* :

Sr Henriette des Anges (Marie Dauvier)
Sr Maria de la Trinité (Yvonne Brault)
Sr du St Nom de Marie (Madeleine Guénard)
Sr St Vincent (Denise Guérin)

Toute une préparation spirituelle et matérielle se fait et pour les Sœurs, et pour leur entourage.

Pour les Partantes, quelques mois de préparation sont un minimum indispensable. Dès la fin d’août, une session sur l’apostolat laïc en pays de mission les conduit à Lille puis, les vaccins contre les fièvres (le "coup de bambou" disent les initiés) les amènent à l’Institut PASTEUR. Les futures Missionnaires en profitent pour se documenter sur la Mission de Tambaga à la Procure des Pères Rédemptoristes, pour faire de multiples achats à la Maison coloniale de Paris et aussi pour visiter la Capitale de la France, avant de la quitter !...

Au retour, chacune se spécialise pour mener à bien ses futures activités : fabrication du pain, permis de conduire, couture, reliure…, séjour en clinique et maternité pour l’infirmière… Entre-temps, lecture d’ouvrages sur la mentalité africaine, cependant que, en France, les contacts avec les enfants des écoles et les vieillards des hospices suscitent un véritable élan missionnaire tout de ferveur, de générosité et d’enthousiasme.

Dans les pensionnats, le "Service Missionnaire" des Jeunes accroche tout de suite : bon moyen de se relancer en ce premier trimestre.

15 janvier 1961, à Rillé :
Envoi solennel des premières Sœurs en Haute-Volta,

dans la Préfecture Apostolique de Fada N’Gourma où se situe TAMBAGA.

Grand-Messe d’Au revoir à laquelle les familles des Partantes ont été spécialement invitées. À 10h20, Les 4 Sœurs, dans leurs blancs costumes de Missionnaires font leur entrée dans la chapelle de Rillé et prennent place dans le chœur.
À l’Évangile, Mr l’Aumônier CHEMINANT prend la parole et applique aux Partantes la Parole de Dieu à Abraham :

"Quitte ton pays et va dans la terre que je te montrerai".
"Bien que toute séparation soit un déchirement, beaucoup vous envient, mes Sœurs", leur dit-il, "et qui ne comprendrait ? Vous allez aborder un pays où n’a encore mis le pied, aucune religieuse de Rillé… "

La chorale se surpasse dans l’interprétation de beaux textes liturgiques de ce 2ème dimanche après l’Épiphanie et l’ambiance est toute de ferveur et de recueillement.
Après la Messe, chaque famille se groupe autour de sa future missionnaire pour le repas et les derniers moments d’intimité, car l’après-midi il ne faudra pas y compter.

En effet, dès 14 heures, les gens commencent à arriver en foule… Les rues adjacentes sont bordées d’autos d’un bout à l’autre. Le service d’ordre a fort à faire pour ne laisser entrer à Rillé que les quelques voitures des principales notabilités.

Les cloches sonnent à toute volée et sans mobiliser personne, puisque la semaine précédente a vu leur électrification. Bien avant trois heures, la chapelle est littéralement bondée, de telle sorte que la foule envahit les tribunes, déborde dans l’avant-chœur, sous les cloîtres, dans les parloirs et les couloirs… Le cortège qui précède Son Éminence (Mgr Roques) a bien du mal à se frayer un passage au milieu de toute cette assistance. Tous les regards se tournent vers les quatre Missionnaires qui suivent le Cardinal, ayant à la main un cierge allumé : symbole de la foi chrétienne qu’elles porteront en Afrique.

Et soudain, de toute cette foule, montent à plein cœur, les accents inoubliables du Veni Creator. N’avait-on pas l’impression d’un nouveau Sacrement de Confirmation pour les élues ?

"Oui Seigneur, envoie ton Esprit pour que, par tes Adoratrices, un vent de Pentecôte souffle bientôt sur la terre de Tambaga !"

Solennellement, Son Éminence prononce les paroles impressionnantes pendant lesquelles chacun semble retenir son souffle :

"Je vous envoie dans la Mission
de TAMBAGA en HAUTE-VOLTA".

Au matin du 16 janvier 1961, les Sœurs partent pour Bordeaux. Le voyage se passe bien et elles atteignent Bordeaux le soir. Aimablement hébergées par les Franciscaines de Marie, Nos Mères et les Missionnaires procèdent aux formalités dès le lendemain. Les billets, la douane, le change, les ultimes achats aux magasins coloniaux, les dernières vérifications occupent largement les deux jours passés à Bordeaux.

Le 18 janvier, elles embarquent sur le FOUCAULD où elles vont vivre pendant treize jours avant de débarquer à Abidjan.

Le Foucault (Extraits du Courrier Missionnaire, 1961)

A suivre...

* aujourd’hui BURKINA FASO.

Sr Léonie, NéerlandaiseUne Soeur Néerlandaise Sr Léonie Thijssen les rejoindra bientôt, en novembre 1961...

..............................

Voir la suite : 2ème épisode

Têtiere actus
Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 17 décembre 2017

Faire oraison, c’est s’accoutumer à nourrir son âme d’un simple et amoureux regard en Dieu afin de se réjouir de l’unique nécessaire. L’âme fait peu et reçoit beaucoup (Règle de Vie)
Pied partage