Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Au service de la Santé au Burkina Faso (2)

Accueil > Où sommes-nous ? > Quelques pages du Burkina Faso > Au service de la Santé au Burkina Faso (2)

Les soeurs du Christ Rédempteur

Après la réorganisation de l’Assistance Médicale Indigène en 1930 en Haute-Volta, l’institution catholique devient un partenaire important et capable de dépasser les carences de la période coloniale.

Lors d'un examen ophtalmologiqueUn docteur, membre de la société des Pères Blancs, s’est montré particulièrement efficace : le docteur GOARNISSON (1897-1981). Originaire des Monts d’Arrée en Bretagne, il devient médecin chef du dispensaire créé le 1er mai 1930 et lutte efficacement contre la trypanosomiase qui sévit en Afrique de l’Ouest et particulièrement en Haute-Volta. La trypanosomiase est une maladie, propagée par les mouches tsé-tsés et est cause de nombreuses cécités. Le docteur prend alors en charge la formation d’infirmiers destinés à combattre cette maladie.

L’arrivée à Ouagadougou de sœur Radegonde, ancienne directrice de l’Institut des Yeux d’Alger, donne au dispensaire de Ouagadougou une spécialisation profitable. Ainsi, la religieuse parvient à doter le territoire d’un service de chirurgie oculaire. Des sœurs voltaïques sont formées pour traiter trachomes, trichiasis, cataractes ou ophtalmies. Huit mois après sa mise en service en 1932, la clinique ophtalmologique de Ouagadougou totalise déjà 353 opérations avec une moyenne quotidienne de 150 consultations. En 1947, 613 opérations des yeux sont comptabilisées, dont 90 de la cataracte, avec une affluence allant de 400 à 700 consultations par jour.

Guérison des 2 aveugles. Mosaïque de Ravenne, 6e siècle A toutes les époques, Religieux et Religieuses n’ont cessé de manifester leur volonté de venir en aide aux populations dans le domaine de la santé. Voici ce que nous lisons dans la Règle de Vie des Sœurs du Christ Rédempteur : « Que, par nous, chacun se sente reconnu et aimé. Alors nous verrons "les boiteux marcher", les malades guérir", (“les aveugles voir”, pouvons-nous ajouter...) et peut-être les uns et les autres découvrir quelque chose du visage de Dieu ».

Sr A. M., SCR, Fougères
d’après un document envoyé par les Sœurs missionnaires du Christ Rédempteur, au service de la santé au Burkina.

Têtiere actus
Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 17 décembre 2017

Faire oraison, c’est s’accoutumer à nourrir son âme d’un simple et amoureux regard en Dieu afin de se réjouir de l’unique nécessaire. L’âme fait peu et reçoit beaucoup (Règle de Vie)
Pied partage