Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Avoir le coeur sur la main...

Accueil > Contempler une image > Avoir le coeur sur la main...

Les soeurs du Christ Rédempteur

Que vous inspire l’image ci-dessous : "Le coeur sur la main". Vitrail de la Chapelle de Rillé à Fougères (Maison-Mère des Soeurs du Christ Rédempteur) ?

Vous pouvez l’exprimer sous forme de réflexions, texte, poème, prière... en cliquant sur "Répondre à cet article" en bas de page :

Messages

  • Je me risque à sortir quelque chose de cette image difficile à déchiffrer...


    De ce vitrail ressort à mon regard
    un visage humain, homme et femme
    er surtout un grand cœur, immense, universel,
    des yeux émus, compatissants.
    Ce cœur, soutenu, porté par des mains grandes ouvertes,
    prêtes à secourir toutes souffrances ressenties par l’homme sur terre...

    Que mon cœur aussi soit attendri par la souffrance qui m’entoure,
    et aussi celle des persécutés du monde.
    Que mon attitude soit un petit rayon de soleil dans toutes mes rencontres
    prévues ou imprévues
    et qu’elle donne un peu de courage, de sérénité.

    En ces temps de fête dans l’Eglise,
    Ascension, une montée au ciel,
    Pentecôte, une descente de l’Esprit au milieu de nous.

    que cet accueil réconforte tous les souffrants.

    Esprit, Toi qui guides tous les hommes,
    Unis-les, conduis-les par les routes qui mènent au Royaume.

  • "Avoir le cœur sur la main", cette expression nous est assez familière.
    Elle nous fait penser au don dans une réciprocité : donner-recevoir.
    C’est être proche des personnes qui nous sont données d’accueillir.
    C’est l’expression de l’amour !

    Dans ce vitrail, la main ouverte, geste d’offrande, comme une prière,
    présente un cœur de feu tendu vers le ciel et pour les hommes.

    Oh ! Viens dans nos cœurs,
    Esprit du Seigneur,
    Don sans retour,
    Pour qu’en nous règne l’amour !

  • Le vitrail nous montre un cœur rouge comme le sang, ainsi que le visage (d’une femme ou d’un homme ?). Ce cœur, à la couleur de l’amour, est porté par une main détendue, ouverte, expression d’une personne généreuse, solidaire, attentionnée.

    Celle-ci sait donner, sans attendre de retour, sans compter, avec compassion. Elle se dévoue pour faire le bien, pour rendre service, pour offrir. Elle a un cœur ouvert, partageant spécialement les peines et les manques des pauvres (quels qu’ils soient).

    Oui, le cœur est symbole de l’amour, libre, altruiste, sincère. Il rayonne la tendresse et la bonté.

    Quand on possède en soi les dons précieux de L’EMPATHIE ET DE LA COMPASSION, il y a de quoi remercier notre CREATEUR pour cette richesse...

  • Le cœur sur la main
    Mène au chemin
    De Dieu à travers
    L’être humain vers
    L’amour d’un monde meilleur
    Sur un l’arc-en-ciel en couleur
    Le cœur sur la main
    C’est l’écrin
    De la vie qui bat
    Au loin là-bas
    Dans des pays où le temps s’est arrêté
    Par la guerre qui a frappé
    Par des hommes désespérés
    Mais l’homme va se réveiller
    En priant le Seigneur
    Pour un monde meilleur
    Le cœur sur la main
    Effacera les chagrins
    Par un grain d’or
    Qui viendra dans nos aurores
    Apporter la paix, l’espérance
    Dans ce monde immense
    Le cœur sur la main
    Sera le soleil de nos matins.

  • Heureusement qu’il y a le site pour nous faire découvrir les merveilles de Rillé. Merci !

    Ce fond noir qui fait ressortir l’ensemble ne serait-il pas celui de nos duretés, des méchancetés, des cruautés qui déferlent sur nos écrans, sous nos yeux et en nous-mêmes ?
    Alors, pour barrer la route à tant de violence en nous, dans le monde, cette main toute de légèreté, de douceur, présentant ce qu’elle porte en elle de meilleur : son coeur enflammé d’amour voulant consumer cette haine...
    C’est un coeur charnel, un vrai coeur de chair, celui qui bat dans nos poitrines, celui de la compassion, de l’offrande, de la magnificence, de la Charité. Et nos efforts - si petits, si cachés soient-ils pour rayonner de cet amour - ne sont pas vains, car l’espérance est là avec ce vert.

    C’est une espérance qui vient dans le froid d’un soir. C’est une espérance jaillie du brouillard. C’est une espérance qui réchauffe nos coeurs ou encore qui changera nos coeurs de pierrre en coeur de chair !

  • Au petit matin, un poème : « Le coeur sur la main » pour tous ceux qui, de guerre lasse, n’attendent plus rien :

    Le coeur sur la main pour tous eux qui vont sur le chemin sans rien

    La main qui ouvre la porte à ceux qui plus rien ne portent

    Les yeux qui caressent tous ceux que l’amour délaisse

    La bouche qui s’ouvre appelant tous ceux d’en bas pour un lien d’amitié

    Les pieds qui invitent au pas de danse ceux que mendier lasse

    Enfin, nos lèvres qui lâchent un baiser à celui qui vit d’un amour blessé

    Nos mains qui se joignent priant pour ceux qui cherchent la lumière

    Nos mains, nos yeux, notre bouche, notre coeur, nos pieds, notre corps tout entier, pour un amour livré.

  • Au premier regard, le cœur m’avait semblé prendre toute la place,
    La couleur rouge emplissait l’image et m’agressait presque.
    Puis je me suis arrêtée sur la main, toute ouverte.
    Est-elle en train de recevoir ou de donner ?

    Donner son cœur !
    Recevoir tout ce que peut dire un cœur...

    Seigneur je te demande de me conduire sans cesse à recevoir Ton Cœur,
    Ton amour, ta compassion,
    La blessure de ton cœur ouvert,
    Pour que moi aussi, j’apprenne à donner mon cœur
    avec tout l’amour qui m’est possible,
    Sans mettre de côté les blessures qu’il a reçu
    et que j’unis aux tiennes.

  • Une main ouverte vers le ciel, tenant un coeur bien vivant surmonté d’une flamme qui brûle intensément...

    A qui est cette main, à qui est ce coeur brûlant ? A qui est-il destiné ?

    Personnellement, j’y vois d’abord la main de Jésus offrant à son Père et à chacun de nous ce "coeur qui a tant aimé le monde !" Ce coeur - image de celui de son Père - qui continue de brûler pour chaque homme et chaque femme d’aujourd’hui jusqu’à la fin du monde.

    Le coeur de Jésus n’est pas un coeur rabougri, enfermé sur lui-même, atteint par les froideurs, les trahisons, les méchancetés de quiconque... L’Evangile nous montre le Christ extrêmement sensible à toute détresse, touché par tous ceux qui l’approchent avec confiance, ébranlé de pitié devant la souffrance de la foule affamée, sans berger...

    Lorsqu’Il se retire la nuit pour s’entretenir avec son Père, j’imagine Jésus faisant ce beau geste d’offrande et de jubilation qui résume toute sa journée, toute l’intensité de sa vie donnée aux hommes et femmes rencontrés...

    Disciples de ce Jésus, il reste au chrétien, il me reste à faire de même !
    Sachant que l’Esprit, son Esprit est à l’oeuvre en chaque homme - quelles que soient ses convictions ou non - pour l’aider à entrer lui aussi dans ses mêmes sentiments. C’est pourquoi nous admirons tant de belles expressions et de beaux gestes de CHARITÉ autour de nous, qui parfois nous étonnent, nous intriguent...

    Et nous font garder confiance et espérance !

  • Avoir le coeur sur la main : avoir un coeur capable de donner le meilleur de lui-même, pour aimer sans compter, sans attendre de retour.
    Aimer envers et contre tout, malgré les difficultés rencontrées, surtout ceux qui vivent mal, qui ne sont pas bien dans leur peau, tous ceux qui souffrent d’une manière ou d’une autre...

    "Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même !"

    Je te demande l’Amour, Seigneur, l’Amour des autres toujours.
    Je te loue et te rends grâce pour toutes les marques d’Amour que tu m’offres, jour après jour, à travers mon entourage, ceux que je rencontre...

Têtiere actus

Contempler une image


Voir aussi :

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 18 décembre 2017

« Je veux aimer Dieu sans intérêt et sans retour, l’aimer de l’amour dont il m’aime. Il m’aime quoique pécheur car pour moi c’est un doux Sauveur » (Chant P. Le Taillandier)
Pied partage