Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Cadeau d’anniversaire...

Accueil > A l’écoute de la Parole > Cadeau d’anniversaire...

Les soeurs du Christ Rédempteur

A l’occasion des 15 ans de mariage de Cécile et Hugo, Marie-Angèle leur offre cette lecture de La Syro-phénicienne (Marc 7, 24-30) :

« A la table des enfants, c’est vrai, il y a toujours des miettes ; sur la table, sous la table…, pas au début du repas mais quand chacun commence à être rassasié.

Mais dans ce récit, qui a parlé de miettes ? Une femme qui n’a qu’un désir « que le démon sorte de sa fille ».

Oui, les enfants ont droit au pain… et celui-là leur est donné.
Pour Jésus, les enfants - c’est-à-dire les Juifs - reçoivent le pain du Père : c’est vers lui qu’il s’est tourné dans le récit d’Evangile qui précède (cf. Marc 6, 30-44), et du pain tous en ont eu…
Pour Jésus, le pain on ne le gaspille pas en le donnant aux chiens (Les Juifs utilisent ce sobriquet pour parler des païens)…

La femme syrophénicienne et JésusCette femme a bien entendu : il est Juif, elle est païenne ; elle ne revendique rien ; elle ne discute pas ; elle entre par la porte que Jésus, dans sa réponse, a tout juste entr’ouverte : « Laisse d’abord ».
Elle occupe la place - rien que la place - qui est la sienne : pas à la table, pas parmi les premiers servis, mais là où tombent les miettes, sous la table. La question n’est pas de se faire petite ou de louer la supériorité de l’autre : c’est ce qu’elle est.
Elle ne renouvelle pas sa demande, comme si elle savait qu’il ne peut pas ne pas avoir entendu. Ce qui nous montre qu’elle s’est fait une idée de Celui à qui elle parle : ce qu’il fait en territoire juif a passé la frontière… et elle saisit sa chance : il est là.

A travers la parole de cette femme, Jésus entend et découvre ce qui le concerne : la porte entr’ouverte (en fait par qui : par lui, par elle ?) le fait sortir de l’espace où les Juifs risquent de s’enfermer et de l’enfermer.

Jésus est venu en territoire païen pour être, quelques jours, incognito. Il retourne vers la mer de Galilée, reconnu par une femme païenne qui repart chez elle constater que les mots échangés avec vérité ont suffi ce jour-là pour mettre dehors le démon qui enchaînait sa fille ».

Ce qui est arrivé pour Jésus et cette femme, pourquoi ne serait-il pas pour nous aussi ?
Et ce qui est d’abord « pour quelques-uns » pourquoi ne serait-il pas pour tous ?...

C’est bien ce que vous avez devant vous, Cécile et Hugo, dans cette région, dans ce département de la Creuse. Le Christ y est plutôt incognito, mais vous l’êtes peut-être de moins en moins, même parmi ceux qui vous entourent au quotidien…

Souhaitons-nous les uns aux autres de tenir une fois ou l’autre cette place de Jésus - incognito peut-être - pour que nos relations créent de tels moments avec ceux que nous côtoyons…

Sr Marie-Angèle F., SCR, Creuse

Têtiere actus
Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 19 septembre 2017

« Vivre ou mourir, être aimé ou déplaire, être riche ou dans la misère, pour qui ne veut que Dieu, tout cela n’est rien » (Chant P. Le Taillandier)
Pied partage