Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Départ du Père André Davenel, notre aumônier

Accueil > Actualité > Départ du Père André Davenel, notre aumônier

Les soeurs du Christ Rédempteur

Notre aumônier, le Père André Davenel, vient de quitter Rillé pour « Ma Maison » à Rennes. Il a accepté de répondre à quelques questions :

Le P. Davenel lors d'une homélie à RilléPère André DAVENEL, vous avez été aumônier à la Maison-Mère de Rillé de mai 2O14 à septembre 2O2O, comment avez-vous reçu et vécu cette mission ?

A.D. Jusqu’alors, j’étais toujours en paroisse ; je l’appréciais. Venir à Rillé, c’était accepter de commencer, pour une part, une certaine “vie de retraite”, car moins de responsabilités, moins d’activités pastorales. J’étais là pour célébrer les sacrements (eucharistie, sacrement du pardon, onction des malades) et répondre à une certaine demande d’accompagnement spirituel des religieuses et de certaines personnes.

A l’occasion de mon “départ”, évoquant ma mission à Rillé, Sœur Marie-Angèle FAUVEL, Supérieure Générale, a repris cette phrase du prophète Ezéchiel (33,7) de la première lecture du 23e dimanche ordinaire, le 6 septembre :

Je fais de toi un Guetteur, (avec mission de) Scruter la Parole de Dieu.

Le P. Davenel au travail dans son bureauC’est vrai que, chaque jour, j’ai essayé de préparer par écrit un bref commentaire de la Parole de Dieu (par écrit, pour ne pas dépasser 3 minutes, et le dimanche, 5-6). Pour moi, c’est important que nous puissions “goûter”, savourer la Parole de DIEU ; pour cela, il est nécessaire de se faire bien ‘comprendre’ et d’abord bien entendre. Personnellement, j’aime la liturgie bien préparée, avec des moments de silence pour une certaine intériorisation…
J’aimais aussi donner des nouvelles de l’actualité de notre Église, de notre monde (comme je le disais souvent, parait-il). C’était pour rester “connecté” avec la vie d’aujourd’hui et permettre aux religieuses d’élargir leurs prières aux dimensions de toute la terre…

Mon état de santé, déjà fragilisé, ne permettant plus un certaine mobilité, l’occasion s’est présentée de venir à L’EHPAD de “Ma Maison” à Rennes, chez les Petites Sœurs des Pauvres.

Comment entrez-vous dans ce nouveau chemin qui s’ouvre devant vous ?

A.D. J’ai envie de dire : « C’est le changement dans la continuité ». Bien sûr, j’ouvre une nouvelle page du livre de ma vie… J’ai cité, l’autre jour, ce qu’écrivait un prêtre qui entrait lui aussi dans une maison de retraite médicalisée : « Si la vieillesse n’est pas une maladie, elle rime parfois avec tristesse. Mais elle connaît aussi des moments de vraies joies ».
J’ai été très bien accueilli, ici, à Ma Maison. Les ‘Résidents’, ce sont des personnes plutôt fragilisées par l’âge, la maladie, le handicap. Certains me reconnaissent (car j’ai vécu 3O ans à RENNES), d’autres ont perdu la mémoire. C’est une ambiance plutôt ‘familiale’, chacun s’efforce, je crois, d’accepter l’autre dans ses différences, avec ses fragilités…

Le charisme de Jeanne JUGAN me semble assez proche de celui de Anne BOIVENT : Humilité, Charité et Simplicité.
Jeanne JUGAN (devenue sœur Marie de la Croix) a vécu dans l’esprit des Béatitudes. Elle a fait resplendir dans sa vie la douceur et l’humilité du cœur, dans un esprit de dépouillement total, de pauvreté spirituelle jusqu’en sa vieillesse, alors qu’elle fut mise au rancart dans sa propre congrégation. Elle aimait dire : « Rien n’est petit dans la vie religieuse. Il faut tout faire par Amour ».

Avec des jeunes soeurs africaines lors de festivités à Rillé (16 août 2015)Personnellement, je voudrais dire 3 mots à la communauté de Rillé pour exprimer ma reconnaissance : MERCI, PARDON et S’IL VOUS PLAIT.
Merci : pour votre confiance, vos prières, vos paroles d’encouragement, votre soutien fraternel, les temps d’échange aux repas (sur l’actualité par ex…)
Pardon. Personne n’est parfait. Il faut du temps pour se connaitre et s’apprécier. On ne fait jamais tout bon.
S’il vous plaît : continuez votre vie sereinement, dans la confiance, même si l’avenir est incertain. Accueillez dans la FOI le prêtre que vous avez la chance d’avoir (en cette pénurie actuelle) et restons unis dans la PRIERE.

Et comme on dit en Bretagne “BON VENT” à chacun et chacune d’entre vous ! “BON VENT” de L’ESPRIT !

Père André DAVENEL.
Interviewé par Sr Hélène R., SCR

................................................................

La Maison-Mère de Rillé-FougèresLa communauté de Rillé vous remercie fraternellement, Père DAVENEL, pour votre présence, votre écoute, votre disponibilité, votre accompagnement, votre souci constant de partager et faire goûter la Parole de Dieu, vos homélies toujours préparées avec soin, les célébrations liturgiques « ajustées » aux textes bibliques du jour, priantes...
Elle vous souhaite santé, paix, bonne adaptation à ce nouveau lieu de vie !