Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

EHPAD Les Soeurs de Rillé Pontmain

Accueil > Avec les laïcs > Dans les oeuvres initiées par nos Fondateurs > L’Association Anne Boivent > EHPAD Les Soeurs de Rillé Pontmain

Les soeurs du Christ Rédempteur

L’EHPAD "Les Sœurs de Rillé Pontmain" date de 1898. Hospice de Pontmain aux origines

Depuis 1842, date à laquelle les Sœurs de Rillé (Soeurs du Christ Rédempteur) sont venues à Pontmain pour s’y consacrer à l’instruction des enfants, elles se sont constamment occupées des pauvres et des malades.

En 1886, la Congrégation de Rillé achète un terrain pour une œuvre indéterminée. Ainsi, lorsqu’en 1897, Mr Morin du Tertre, bienfaiteur de la paroisse et de l’école, sollicite les Sœurs en vue de la construction d’un hospice, la réponse ne se fait pas attendre.

La Congrégation vit ce qu’écrivait le Père J-Baptiste Le Taillandier, son fondateur :

« La Congrégation a poursuivi son chemin, sans bruit, plantant ça et là ses jalons, sans frapper à la porte de personne, entrant tout simplement quand elle la trouve ouverte, sans trop s’occuper si c’est la porte d’un riche ou d’un pauvre ».

Des plans sont rapidement étudiés, et, le 12 juin 1897, a lieu la bénédiction de la première pierre. Un an plus tard, les travaux sont achevés et le 28 octobre 1898, 4 Religieuses arrivent dans l’établissement :
Sœur Marie Fernand (Rosalie Diné)
Sœur Marie Simplicienne (Marie Rose Couesme)
Sœur Marie Céleste (Virginie Briantais)
Sœur Marie Bernadette (Jeanne Marie Foucher)

Elles accueillent et soignent gratuitement une infirme pauvre de la commune. D’autres personnes seront accueillies par la suite, notamment d’anciens journaliers agricoles qui trouvent à l’hospice ‘‘gîte et couvert’’ en échange d’une participation à l’entretien et à la vie de la Maison, selon leurs capacités.

Hospice de Pontmain avant 1970, côté jardinsPeu de temps après, Mr Friteau, maire de la commune, demande et obtient de la Préfecture, l’ouverture d’une petite pharmacie à l’hospice. Les médicaments viennent de Louvigné du Désert.

En 1902, la municipalité émet un avis favorable pour la reconnaissance légale de l’hospice – reconnaissance qui ne sera obtenue que le 15 juin 1922.

En 1908, la Congrégation fait l’acquisition d’écuries et d’une parcelle de terrain de 23 ares, contiguë à l’hospice. Peut-être est-ce l’origine de la ferme ?

1er Oratoire en 1970 Mademoiselle Friteau fait don à la Congrégation, en novembre 1920, d’une propriété dite ‘‘Ste Anne’’ de 1 ha 84 a 6 ca, à charge de s’occuper de deux malades infirmes et malades de la commune.

En 1929, Mgr Grellier autorise l’ouverture d’une Chapelle à l’intérieur de l’hospice.

En 1968-1970, c’est la construction d’un nouveau bâtiment. La propriété ‘‘Sainte Anne’’ est vendue pour aider à financer les travaux. Avant ceux-ci, la capacité d’accueil était de 40 lits, répartis en salles communes (jusqu’à 16 lits pour les femmes et 10 pour les hommes) et en chambres particulières. Avec ce nouveau bâtiment, la capacité d’accueil est passée à 83 lits, et reste inchangée à ce jour après la construction de 1994 et les travaux d’humanisation de 1995-1996.

L’hospice est devenu ‘‘Maison de Retraite des Sœurs de Rillé’’ en 1984.

Depuis le 30 mars 1976, une convention est signée avec la D.D.A.S.S. autorisant l’établissement à recevoir les personnes relevant de l’Aide Sociale. L’habilitation pour 25 lits seulement a été étendue à la totalité des Résidents le 29 janvier 1993.

Une section de Cure Médicale ouverte en 1984 pour 23 lits a été augmentée de 7 lits à compter du 1er juin 1996. Elle compte donc actuellement 30 lits.

Communauté des Soeurs en 1961, avec la Supérieure : Sr M. de St Gabriel (Joséphine Antin)Tout au long de cette histoire, les Soeurs ont essayé d’être fidèles aux valeurs initiées par les Fondateurs de la Congrégation :

- Amour des pauvres : Anne Boivent, fondatrice de la Congrégation les appelait ‘‘ses grands amis’’.
- Respect de la personne avec toute la densité de son passé, de son présent et l’espérance dans un avenir.
- Proximité des personnes âgées fragilisées par la maladie, l’infirmité, la vieillesse.
- Proposition aux Résidents de participer à des activités selon leurs goûts et leurs possibilités.
- Accompagnement de la vie jusqu’à la fin.

Communauté des Soeurs, vers 1970En 2000, la Maison de Retraite de Pontmain devient un des Etablissements de l’Association Anne Boivent.

Logo de la Maison de Retraite des Soeurs de Rillé à PontmainEt en 2003, la direction passe à un Laïc : Mr Serge Boudet.

Une Communauté de Soeurs du Christ Rédempteur reste attenante à la Maison de Retraite. Mais aujourd’hui, les valeurs originelles sont à vivre par une équipe élargie, avec les Résidents accueillis, les familles et amis, pour l’épanouissement humain et spirituel de tous.

...................

Maison de Retraite de Pontmain : entrée Maison de retraite de Pontmain vers 1997

Pour en savoir plus :
EHPAD Les Soeurs de Rillé Pontmain

Sr Hélène R., SCR.
Sources : Archives de la Congrégation, Témoignages de Sœurs