Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Fête des Jubilaires à la Maison-Mère

Les soeurs du Christ Rédempteur

En ce 10 mars 2010, nous avons rendu grâces

avec les 15 soeurs de la Maison-Mère de Rillé

qui fêtaient 50, 60, 65, 70 ans de Vie Religieuse.

Lors de l’Eucharistie festive, l’homélie fut prononcée par le Père Alfred Labbé, aumônier. En voici quelques larges extraits :

Les Pères Labbé et CalloBien chères sœurs,

Pour la plus grande partie d’entre vous, j’ignore où vous êtes nées. Je ne sais pas non plus comment s’est passée votre enfance. Mais un jour, d’une façon ou d’une autre, quelqu’un de votre famille ou de votre entourage, une religieuse, un prêtre peut-être vous a fait entrevoir la possibilité d’une vie religieuse. Vous avez dit oui, avec une vision assez imprécise du chemin où vous mettiez vos pas. Jésus-Christ était celui de votre catéchisme. Petit à petit, son visage s’est purifié à vos yeux. Votre passage au Juvénat, au Noviciat a permis d’approfondir la connaissance de sa personne. Votre attachement à lui s’est fait plus fort. Croire c’est tout un chemin, c’est une illumination progressive… Saisies un jour par le Christ, comme St Paul, vous avez vécu pour lui, sans cesse conscientes que vous aviez encore à le connaître et à le faire fructifier en vous. Et puis un jour, cela fait 50, 60, 65 et plus, vous avez proclamé un fiat définitif. Depuis, des averses sont tombées sur votre parcours, des coups de froid ont paru geler votre cœur. Vous avez foulé des sentiers bordés de fleurs, mais avez aussi arpenté des déserts. Vous avez planté, élagué dans des années fastes, comme dans des temps difficiles. Peut-on suivre Jésus sur terre dans une vision constamment béatifique ou sur des chemins uniformément tranquilles ? Mais vous êtes là ce matin, le cœur ferme, comme vous étiez fermes dans les coups de vent, heureuses de rendre au Seigneur la fidélité de votre alliance. Laissez votre cœur tout à la joie, en ce jour, car ce que vous avez vécu est dans le cœur de Dieu. Il y a quelques années, le P. Rémy, du Burkina Faso, s’agenouillait devant les Jubilaires. Je ne vais pas le faire. Mais je vous dis ces belles paroles du prophète IsaÏe. Quelles que soient les péripéties du passé, « votre justice brille aujourd’hui, comme l’aurore. Vous êtes une couronne resplendissante entre les doigts du Seigneur, un diadème royal dans la main de Dieu ».
Que puis-je vous souhaiter en ce joyeux jubilé ? Que votre joie d’aujourd’hui perdure ! Le poids des ans, la fatigue accumulée, la routine des jours, la vitesse acquise, peuvent éroder une certaine ardeur dans votre vocation vécue quotidiennement. Malgré cette pauvreté ressentie qui est d’ailleurs plus grande que votre pauvreté réelle, restez dans la paix sous le regard d’amour de notre Seigneur. Que votre espérance ne faiblisse pas non plus.

... A l’âge que nous avons tous, nous avons le ministère de la prière et de l’offrande. Ouvrons nos mains pour faire monter cette prière vers Dieu, en n’oubliant surtout pas nos jeunes sœurs africaines qui sont à l’ Equateur ou sous les tropiques, le surgeon de justice et de miséricorde, enté sur l’arbre de Rillé.

... Je forme pour vous le vœu d’une véritable et profonde vie religieuse, faite de prière et de fraternité communautaire, avec le souci de vous rendre toujours plus heureuses, de vous faire grandir dans vos vies de relation avec Dieu et ainsi de lui procurer sa gloire.


Sr HR