Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Jésus et les pèlerins d’Emmaüs

Accueil > Contempler une image > Jésus et les pèlerins d’Emmaüs

Les soeurs du Christ Rédempteur

Que vous inspire l’image ci-dessous : « Jésus et les Pèlerins d’Emmaüs » (Céramique de Soeur Mercédes, Dourgne) ?

Vous pouvez l’exprimer sous forme de réflexions, texte, poème, prière... en cliquant sur "Répondre à cet article" en bas de page :

Messages

  • Honneur à l’invité ! Jésus l’invité du jour avait fait mine de continuer sa route après avoir parlé de lui même sans se faire reconnaître. Ses deux compagnons de route, toujours aveuglés par la mort de leur maitre, n’ont toujours pas compris. Mais ils sont contents de leur ami rencontré sur le chemin, quelque chose a bougé en eux ; mais pas assez, il faut encore d’autres moyens pour que la lumière se fasse pour ces deux hommes. Il faut inviter l’inconnu à rester avec eux, il pourra continuer demain plutôt que de partir dans le nuit avec tous les risques possibles ; en plus il a des paroles encourageantes.
    Mais c’est eux qui vont repartir dans la nuit sans peur. Je me demande même s’ils ont fini le repas avant de retourner voir les autres et de raconter ce qui s’est passé.

    Jésus s’installe à table, bien au milieu, les deux hôtes à chaque bout ; le plat de pain au milieu devant Jésus. C’est le moment d’ouvrir les yeux. Le geste du pain rompu..., et tout s’éclaircit. J’imagine leur joie, comme des gens qui sont dans les ténèbres dans une salle et tout d’un coup la lumière apparait et la salle est illuminée. Ah quelle joie de savoir que ce sauveur n’est pas resté dans le pouvoir de la mort, mais qu’il est vivant comme l’ont dit les femmes ! Ils sont étonnés : "Notre cœur n’était il pas brûlant quand il nous parlait en chemin !"

    Parfois les événements nous empêchent de comprendre certains choses, de t’écouter Seigneur, mais toi tu patientes, tu prends ton temps avec nous pour nous permettre de mieux comprendre. Par amour pour ces disciples, tu t’es manifesté à eux pour les sortir de leur tristesse.

    Jésus manifeste aussi ton amour à tous ceux qui te cherchent en ce moment, et donne- nous de savoir être patients envers les autres. Afin de leur manifester aussi ton AMOUR.

  • Les visages de ces personnages sont un peu à la manière du visage de Jésus.

    On y perçoit l’étonnement...mais un étonnement heureux....Ils ont reconnu Jésus à la fraction du pain. Les visages laissent entrevoir la joie, le bonheur des retrouvailles...alors qu’ils croyaient que tout était fini...

    " LE RECONNAITRE" lui le Christ avec sa puissance de Résurrection dans la fraction du pain
    quelle grâce...

    Révèle nous, Seigneur ton visage de lumière.

  • Image pleine de joie et de sérénité.
    Jésus au centre, majestueux, les deux mains posées sur le pain, près de la coupe,
    Et deux hommes, l’un, bras droit et main levés : attitude d’acclamation,
    L’autre, bras et mains appuyés sur la tête, paraît ébahi, heureusement surpris.
    Tous les deux pleins de sérénité.

    Après une période obscure, pleine de tristesse vécue par ces deux personnages, Jésus ressuscité les rejoint sur le chemin. Ils ont vécu de très près les derniers événements douloureux de leur ami Jésus, qui a été incompris, maltraité, crucifié. Maintenant le bruit court qu’Il est ressuscité. Mais pour l’instant ils ne l’ont pas vu. Aussi, sur la route, ils revivent les événements dans la tristesse... Pourtant, Jésus les a rejoints, mais leurs yeux sont aveuglés. Jésus leur parle de ce sujet, mais ils ne comprennent pas. C’est seulement après l’invitation faite à Jésus de rester avec eux (car il se fait tard) et de se mettre à table que leurs yeux s’ouvrent : "Jésus rompt le pain". Quel souvenir ! Alors les regards s’illuminent. La joie les envahit... et ils Le reconnaissent : oui, c’est bien Lui Jésus. Il est bien ressuscité...

    Seigneur je me reconnais dans ces deux marcheurs, là où je suis : tantôt dans la joie, tantôt dans la tristesse. Aide chacun de tes enfants à cheminer sur son chemin les yeux grands ouverts, toujours fixés sur la Lumière.

    Lumière des hommes, nous marchons vers Toi. Fils de Dieu Tu nous sauveras.

  • De la désespérance à l’espérance...

    L’amour, livré à la mort par la bêtise humaine, est retrouvé.
    Jésus, dans sa marche avec nos pèlerins redonne sens à leur existence.
    Ce Jésus leur ouvre les yeux sur l’infini de l’amour.
    La route d’Emmaüs du doute devient route de la foi.
    Les pas de l’espérance ont emboîté ceux de la reconnaissance.
    Les deux amis sont délivrés des bandelettes du désarroi.
    Le tombeau ouvert trace une route toute nouvelle.
    Nos deux pèlerins rencontrent le ressuscité du matin de Pâques.

    Cela est possible car, ils ont accepté :
    de marcher sur le chemin de la souffrance,
    de faire l’expérience du manque et de la pauvreté
    d’être rejoints dans le concret de leur vie
    de se laisser interpeller par une parole
    de s’ouvrir à plus qu’eux-mêmes
    d’accueillir celui qui semblait étranger
    de donner du sens au signe du partage du pain.

    Quoi de mieux comme invitation à faire la même démarche !
    Acceptons d’être rejoints par Jésus dans la marche de nos existences.
    Acceptons d’être rejoints par sa parole, elle nous provoque.
    Acceptons le mystère de sa présence dans un morceau de pain.
    Gratuité d’un amour qui se donne et nous accompagne,
    Dans les méandres de nos existences humaines.

  • " Mais c’est pas vrai. C’est donc toi, Seigneur !
    Tu marchais avec nous et nous ne t’avons pas reconnu !
    Voilà pourquoi notre coeur était tout brûlant ! "

    Réaction d’étonnement des deux disciples en présence de Jésus ressuscité.
    Toute une gestuelle parlante et des disciples et de Jésus.

    Jésus rompt le pain, le regard ouvert à tous.
    Nimbé de gloire, c’est de la lumière qui émane de sa personne et de la table du partage.
    Ce qu’il fait, ce qu’il est, c’est tout un : il se donne.

    Geste renouvelé à travers le monde à chaque eucharistie.
    Geste qui engage à le reconnaître et à l’annoncer.

  • J’aime lire dans cette céramique les symboles qui me parlent de Jésus "ressuscité".
    Tout d’abord la mandorle, signe de divinité, dans laquelle l’artiste a dressé Jésus, debout, auréolé, actif dans le geste de fraction d’un pain.

    Immédiatement cela redonne la mémoire au personnage qui se tient la tête, regard et sourire éclairés d’une lumière montant de son cœur devenu tout brûlant. L’autre personnage, témoin lui aussi de ce même geste que Jésus a fait le soir de la dernière Cène, ouvre sa main toute grande pour exprimer sa Foi, sa Joie, sa Reconnaissance envers le Seigneur qu’il a suivi et qu’il retrouve de nouveau après l’épreuve de la Croix.

    Mais ces deux personnages, dont l’un me paraît être un moine, et l’autre un pèlerin anonyme, ne me paraissent-ils pas représenter l’un ou l’autre d’entre nous dans notre rencontre avec le Christ Ressuscité, à chaque fraction du pain des "Eucharistie" célébrées ici et à travers le monde aujourd’hui ?

  • Jésus se trouve au centre de la table, comme pendant la Cène. A ses côtés, les deux disciples. Ils ont l’air un peu étonné, interrogatif...

    Cet Evangile selon St Luc n’est pas un événement historique, mais il décrit le “chemin” des 2 disciples d’Emmaüs. Suite aux événements très pénibles de Jérusalem, ils n’ont plus d’espoir. Heureusement ils peuvent échanger leurs émotions. De retour à Emmaüs (= source chaude), un étranger se joint à eux. Il les écoute attentivement et leur parle des Ecritures en révélant la vérité centrale  : “ Le grain doit mourir pour donner la vie...” Leur coeur en est tout brûlant. C’est alors qu’ ils invitent Jésus à rester avec eux.

    Au cours du repas, Il prend le pain, le rompt et le leur donne. Par ce geste, leurs yeux aveuglés s’ouvrent et ils reconnaissent Jésus à la fraction du pain.

    Jésus, disparu, l’Invisible vit désormais parmi eux d’une manière nouvelle, avec un corps spirituel, non plus lié au temps, ni à l’espace. Il est réellement ressuscité !

    Pour nous aussi, la présence vivifiante du Ressuscité est parfois vécue dans la souffrance, l’impuissance, les doutes. Son “visage” peut se manifester dans la bonté d’une personne. Sa voix dans le cri d’une personne en détresse. Sa force lorsque nous nous dévouons pour un monde meilleur.

    Comme les disciples, soyons des témoins de la foi à ce “mystère”. Don de Dieu à demander, à accueillir...

Têtiere actus

Contempler une image


Voir aussi :

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 19 octobre 2017

Jésus est le chemin. Que notre intelligence et notre cœur se nourrissent de sa Parole. Que notre vie quotidienne se laisse transformer par la communion à son Corps livré (Règle de Vie)
Pied partage