Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Jésus lave les pieds de ses disciples

Accueil > Contempler une image > Jésus lave les pieds de ses disciples

Les soeurs du Christ Rédempteur

Que vous inspire l’image ci-dessous : "Jésus lave les pieds de ses disciples" (Manuscrit 12e-13e siècle, France)

Vous pouvez l’exprimer sous forme de réflexions, texte, poème, prière... en cliquant sur "Répondre à cet article" en bas de page :

Messages

  • Avant de suivre le chemin qui le conduira à l’arrestation au Jardin des Oliviers, Jésus se fait serviteur et ainsi prépare ses apôtres à la Passion qu’il va vivre dans quelques heures.

    Et à moi, soeur du Christ Rédempteur, il me rappelle ainsi comment je suis appelée à être serviteur de mes compagnes en communauté.

    Jésus aide-moi à vivre ce service simplement.

  • Ils sont tous là, les douze ; Jésus, au centre, s’apprête à laver les pieds de ses disciples.
    Tous les regards sont tournés vers Jésus. Ils pressentent que l’heure est grave.

    Jésus, à genoux devant Simon-Pierre et face à son incompréhension, lui expose ce qu’il veut faire. Sa main tendue révèle le sens de sa démarche.
    " Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi". Jn 13, 8.
    En lavant les pieds de ses disciples, Jésus veut que, dans le même moment que lui, ses disciples accomplissent, eux aussi, ce "passage".

    "Ma vie, nul ne la prend, mais c’est moi qui la donne".

    Aujourd’hui, en cette montée vers Pâques, demandons la grâce d’entrer dans le mystère de Jésus, lui qui "aima les siens et les aima jusqu’à l’extrême". Jn 13, 1.

  • Cette scène d’évangile ne se trouve qu’en saint Jean. Elle est pour moi ce qu’on appelle le sacrement du frère, indissociable du sacrement de l’Eucharistie.

    "Je suis venu pour servir et non pour être servi"
    , dit aussi Jésus.

    Etre serviteur, à l’exemple de Jésus et à la manière d’Anne Boivent, notre fondatrice, est le sens donné à ma vie de Soeur du Christ Rédempteur.

    • Jésus lave les pieds de ses disciples. Il est seul avec eux, en solidarité dans l’amour (agapè). Il pose ce geste parce que son heure est venue : l’heure décisive de sa mort et de sa résurrection.

      Le Maître veut concrétiser la portée de son intimité avec son Père par un signe qui dit plus que des paroles. C’est une marque de son amour jusqu’à l’extrême, un signe qui manifeste le plus profond de son être, un geste d’amour ultime. En toute liberté, il fait le travail d’un esclave en s’agenouillant devant ses amis. Cet acte de servitude a quelque chose à voir avec l’anéantissement et la mort sur la croix.
      Le lavement des pieds est également un signe d’alliance, un acte d’amour gratuit pour les autres, un oubli de soi.

      A l’exemple de Jésus, demandons l’inspiration et le courage d’aller jusqu’au bout, pas dans des actes qui font grand bruit, mais dans des actes simples de service de la vie quotidienne, mettant en valeur notre prochain, surtout les personnes les plus vulnérables.

      N’est-ce pas cela la grandeur ? Une invitation peut-être...

  • Ils sont encore là tous les 12 avec Jésus.
    Les yeux grands ouverts, attentifs à ce qui se passe.
    En compagnie de Jésus Serviteur qui s’est revêtu d’un tablier. Il est en tenue de service.
    Arrivé à Pierre, qui a sa main au front : "Non, jamais tu ne me laveras les pieds !".

    Jésus enseignant semble lui expliquer : "Ce que je fais maintenant, tu ne peux pas le comprendre. Plus tard, tu comprendras".
    Deux des apôtres semblent aussi inviter Pierre à se laisser faire.

    Cette scène m’invite à rester en tenue de service et à être attentive aux besoins de mes frères et soeurs.
    "Ce que vous avez fait au plus petit de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait !".

  • Image très suggestive par les regards et par les gestes.

    Ce qui me frappe d’abord, c’est la place de Jésus, beaucoup plus grand que les autres, situé au milieu.

    Mais aussi les regards et les visages graves, interrogatifs.
    Les yeux des personnages de gauche sont tournés vers Pierre plus tôt. Comment va-t-il réagir ?
    Ceux des personnages de droite regardent ceux de gauche : que pensent-ils ?

    Jésus est à genoux et il parle à Pierre : "Ce que je fais... tu le comprendras plus tard".

    Cette représentation me fait penser aux images liées au Diaconat : invitation à être serviteur comme le Christ ; invitation à l’humilité.

    Le fond couleur de lumière suggère que ceux qui font comme Jésus vont vers la joie du don, vers la résurrection...

  • Jésus à genoux, enseignant ses apôtres à la veille de les quitter, eux qu’il avait appelés, choisis, envoyés... pour qu’ils fassent ce qu’il a fait lui-même = se mettre au service de ses frères pour être témoin.

    C’est dans cette attitude que Jésus aime nous voir aujourd’hui dans le monde : service, dépouillement.

    Apprends-moi, Seigneur, à me mettre au service de mes frères par les moyens que tu veux : humilité, pauvreté :
    "Jésus, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu..."

    Non seulement savoir, mais mettre en pratique !

  • Je suis frappée par l’expression des uns et des autres...
    Pierre dont la main à la tête a l’air de dire : "Non, ça ne va pas !"
    De l’apôtre en bas à gauche qui tient sa barbe, perplexe.
    Et puis de ces 2 personnages à gauche, à l’air plus apaisé, qui de leur main tendue acquiescent et louent le geste de Jésus peut-être, à moins qu’ils n’encouragent Pierre...

    Jésus, à l’auréole crucifère (il est le Christ, le Messie) et au tablier de service (il se fait le Serviteur !) est à genoux, il est le plus bas, il se fait le plus petit...
    En même temps, tenant le pied de Pierre, il essaie de l’enseigner : "Si tu ne te laisses pas faire, tu ne peux être mon ami"...

    Le bassin vert évoque la fécondité, et l’Eglise apparaît déjà sous les pieds de Pierre malgré l’attitude de celui-ci.

    Par sa composition, la scène me fait penser aux représentations de Jésus "descendu" dans l’eau du Jourdain pour se faire baptiser, "descendu" jusqu’à notre humanité pour la relever.

    C’est une grande leçon d’humilité et de service que nous lègue Jésus, qu’il lègue à son Eglise de tous les temps, à chacun de nous, à moi personnellement...

  • Jésus, au centre de l’image, est entouré de ses apôtres. Il a pris le tablier du « service des frères ». À genoux, sans aucune hésitation, de sa main droite, il prend le pied droit de Pierre pour le laver, le purifier. Son autre main, levée, est reliée au Père.

    Même si Pierre et les autres ne comprennent pas, ils sont là, yeux grands ouverts. Ils lèvent eux aussi la main droite comme Jésus vers le ciel. Et ils « laissent faire ». Ils comprendront plus tard.

    Que j’apprenne moi aussi à me « laisser faire » sans toujours comprendre ce qui se passe. C’est l’année de l’Esprit-Saint. C’est le début du Carême. Une année…, un temps… pour « plus d’amour ». Que j’essaie de porter un regard bienveillant, que je fasse un geste compatissant envers les frères et sœurs les plus proches, les plus blessés de la vie, tant physiquement que psychiquement. Et la paix habitera mon coeur.

    « Tout ce que vous ferez aux plus petits…, c’est à moi que vous le faites »

  • Le lavement des pieds est un acte d’humilité ; c’est un exemple que Jésus a voulu nous donner. Il a lavé les pieds de tous ses disciples, sans en exclure aucun.

    Là où je vis, des personnes sont rejetées de par leurs conditions physiques et en fonction de leur histoire (certaines personnes sortent de la rue).

    Jésus est à genoux et, en même temps, il regarde vers le ciel.

    Avec l’aide de Dieu et à l’exemple de Jésus, au lieu de répondre à des attitudes et paroles malveillantes par l’agressivité, je cherche un moyen d’entrer en relation avec ces personnes qui, elles-mêmes, sont en difficulté.

    Pendant ce temps de Carême, je prends conscience que - s’il est difficile de vivre avec des gens bien différents au niveau de la culture, de la religion, du caractère - j’ai moi-même à vivre dans l’humilité et la tolérance ; à me faire pardonner d’être ce que je suis .

  • J’ai été saisie par le contraste entre l’or éclatant qui illumine le dessin
    et le geste banal d’un lavement de pieds :
    Gloire et humble quotidien dans le service.

    Mais ce qui est extraordinaire,
    c’est de reconnaître, sous les traits du serviteur ceint du tablier,
    le visage de Jésus lui-même.

    « Avant la fête de la Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde à son Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’à la fin » écrit Saint Jean.
    Il était l’un des témoins de la scène.
    Il a vu l’effroi de son ami Pierre devant un tel geste du Seigneur.
    Lui-même s’est laissé faire quand son tour est arrivé.
    Plus tard, en faisant une relecture de cet événement, il en a saisi le sens :
    celui d’un “amour jusqu’à la fin”.

    Pour aimer comme Jésus aime,
    une parole pour chacun de nous :
    “Je vous ai donné l’exemple pour que vous agissiez comme j’ai agi envers vous”.

  • Jésus lave les pieds de ses disciples.
    De l’étonnement - ils n’en croient pas leurs yeux
    Renversement total - quant au visage de Dieu.

    Un tel abaissement
    Devient " testament "
    Qui attend notre consentement.

  • 29 mars 2012 Sylvie Boizot

    Jésus lave les pieds de ses disciples : Ils ne semblent pas bien comprendre mais restent attentifs au geste de Jésus, ils écoutent sa parole. Jésus n’hésite pas à effectuer des gestes de serviteur Lui le Seigneur. A nous de suivre son exemple, ce sont les actes simples de la vie quotidienne faits avec amour pour notre prochain qui nous conduiront vers le Christ.

Têtiere actus

Contempler une image


Voir aussi :

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 21 septembre 2017

Nous sommes appelées, en Jésus le Christ Rédempteur, à adorer et à aimer Dieu dans sa Justice (Règle de Vie)
Pied partage