Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Le sommeil de l’Enfant-Jésus

Accueil > Contempler une image > Le sommeil de l’Enfant-Jésus

Les soeurs du Christ Rédempteur

Que vous inspire la représentation ci-dessous : "Le sommeil de l’Enfant Jésus" de Bernardino LUINI (16e siècle) ?

Vous pouvez l’exprimer sous forme de réflexions, texte, poème, prière... en cliquant sur "Répondre à cet article" en bas de page :

Messages

  • Beauté des visages, rayonnants de lumière au coeur même de la nuit.

    Beauté de Marie, femme bénie entre toutes les femmes, qui a trouvé "grâce" auprès de Dieu.
    Elle intériorise le message de l’ange : "Il sera appelé Fils du Très Haut" (Lc 1, 32).
    Elle savoure la présence de son enfant.
    Elle contemple "la vie" qui lui a été donnée de porter de la part du Seigneur.

    L’enfant, le visage penché vers sa mère, sommeille en toute sécurité.
    Jésus, dans sa nudité et sa fragilité de tout-petit, s’abandonne dans les bras aimants de sa mère.
    Jésus, par la main posée sur le coeur de Marie, reçoit d’elle sérénité et confiance.

    Marie, nous te confions toutes les mamans qui sont dans l’attente d’un enfant à naître.
    Nous te demandons la grâce de faire naître Dieu en nous et autour de nous.

  • Image pleine de tendresse, de sérénité, de mystère....
    Marie, tête penchée, permet à Jésus, me semble-t-il,
    d’être plus en sécurité dans ses bras.
    Sa petite tête sur l’épaule lui donne un appui solide. Il semble en pleine sécurité.

    Bel exemple, pour chacun, chacune : s’appuyer sur Marie,
    et continuer le chemin comme elle, avec elle, jour après jour.

    Jésus dort paisiblement.
    Pense-t-il à l’avenir ?
    Je crois plutôt qu’il vit, qu’il profite de l’instant présent.

    Vivre l’aujourd’hui, sans se soucier de l’avenir forcément inconnu, appuyés sur Marie...
    Nous pouvons alors vivre dans la sérénité,
    et spécialement pendant ces quelques semaines conduisant à Noël,
    où nous pourrons encore davantage contempler Jésus et Marie.

  • Mon regard se porte d’abord sur la Vierge Marie, actrice particulière dans l’histoire du salut...
    Marie paisible et confiante face à ce que Dieu attend d’elle, c’est ce qui la rend capable d’accueillir Jésus.

    Jésus : un enfant semblable à tous les enfants du monde, qui a eu besoin de la tendresse d’une mère, qui a eu besoin d’amour pour grandir, qui n’a pas triché avec notre humanité. On le voit dans sa nudité pareil à tout enfant...

    Ce tableau me fait penser à Noël, fête des enfants, Dieu parmi nous = l’Emmanuel.

    Sois béni, Seigneur !

  • Je suis saisie par les couleurs, l’habit somptueux de Marie. Marie, femme ordinaire que le peintre a ici habillé de splendeur !

    Mon regard s’arrête sur l’enfant qui sommeille avec sa maman. Le fond est entièrement noir, c’est la nuit. Tout est paisible, tout est fait pour que l’enfant puisse dormir...
    La maman baisse les yeux vers l’enfant, à moins que ce ne soit vers nous (?). Elle est extrêmement recueillie.

    L’enfant dort, ses 2 petites mains contre sa mère. La scène me fait penser au psaume 130 : "Je tiens mon âme en paix et silence, comme un petit enfant contre sa mère".

    Pour ce temps de l’Avent, cette représentation est comme un appel à la vigilance : pas de dispersion, pas de trouble, mais la paix pour attendre la venue de Jésus.

  • Jésus dort du sommeil des bienheureux.
    " Je suis venu, Père, pour faire ta volonté !"
    Petit d’homme, Jésus n’a d’autre chose à faire que de se comporter en enfant, en vrai enfant, sans faire semblant... C’est là sa mission pour le moment.

    Marie, sa mère, se comporte, elle, en mère pleine de tendresse, offrant son bras, son épaule comme une mère ordinaire. Dans son visage pourtant serein, je devine une certaine gravité, voire de la méditation : "Comment cela peut-il se faire ?". Mystère de l’Incarnation !
    Comme son Fils, elle est modèle de docilité, de disponibilité à ce que Dieu attend d’elle en ce moment.

    Jésus enfant, dépendant, désencombré... m’appelle à la petitesse, à l’humilité, à la dépendance vis-à-vis de Dieu et des autres comme lui.

    C’est en cela que déjà - sur la route de l’Avent - il est mon Sauveur, en m’enseignant cette juste attitude !

  • Marie ne s’agite pas... elle est dans la paix, elle relit dans son coeur le chemin parcouru, elle y adhère : "Notre coeur est sans repos tant qu’il ne repose en Toi".

    Est-ce la Mère qui communique la paix à son Enfant ?

    Mystère de l’Enfant-Dieu qui rayonne déjà de la lumière et de la paix "divines" pour sa Mère.

    Comment cet apaisement et cette douceur viennent-ils jusqu’à nous ? Ne lisons- nous pas, en ce moment, dans la liturgie, Isaïe 35 : "Consolez, consolez mon peuple... Les captifs rachetés par le Seigneur arriveront... dans une clameur de joie, un bonheur sans fin illuminera leur visage ! "

  • Qu’est-ce que le peintre a voulu montrer ?
    Un petit d’homme endormi, nu, confiant, sûr de l’amour de sa mère,
    accroché à elle dans un geste familier et pur.

    Pourtant l’artiste donne comme titre à son oeuvre :
    "le Sommeil de l’Enfant-Jésus".

    Cet Enfant, j’ai appris dans les Ecritures qu’Il était "Image du Dieu invisible".
    Est-ce à dire que je peux me faire une idée de Dieu
    en contemplant une telle représentation ?

    Celui que je nomme si souvent le Tout-Puissant,
    Celui que je peux deviner si puissant en regardant le monde créé,
    Il se révèle là dans son sommeil, sa dépendance,
    sa fragilité, sa confiance,
    Oui, je le crois.

    Merci pour cette révélation.

  • Par Marie, l’amour de Dieu pour l’humanité vient jusqu’à nous, sous les traits d’un petit enfant.
    Jésus, les yeux fermés, s’abandonne totalement dans les bras de sa mère. Il "rayonne" une confiance et une sérénité totalement pures.
    Marie, au regard très intériorisé, veille sur son fils.
    La relation entre la mère et son enfant est faite d’affection et de dépendance : Jésus a besoin d’amour, de sécurité et de tendresse, et Marie les lui donne, veillant paisiblement et tendrement sur son enfant.
    Le souffle de la vie coule à travers Marie et Jésus.

    L’amour pouvait-il vraiment aller plus loin ?

    Mystère de la vie, de la nôtre aussi...
    Puisse l’Incarnation du Verbe de Dieu présent en nous, grandir de plus en plus, jour après jour !

    Viens Seigneur Jésus...

  • Cette reproduction nous prépare bien à la Nativité de Jésus qui s"est fait tout petit pour nous sauver.

    Par Marie, on se sent protégé nous-mêmes, comme l’Enfant qui sommeille dans les bras de sa mère.

    Dans nos difficultés et nos épreuves, demandons à Marie, notre Mère, de nous aider, de nous consoler, de nous soutenir avec autant d’amour et de tendresse qu’elle en donne à son Fils.

  • Deux mots me viennent à l’esprit : confiance et abandon.

    Jésus est là, celui que nous attendons.
    Seigneur, apprends-moi à te découvrir chaque jour un peu plus à travers ceux que je rencontre.

    Jésus sommeille en toute sécurité, blotti contre sa mère. Plus tard, Jésus sommeillera aussi dans la barque, ballottée, elle, par les flots en furie. Il demandera à la mer de se taire !

    Je me sens invitée à la confiance et à l’abandon entre les mains de la Vierge Marie.

    Me revient en mémoire les paroles du chant :

    Un enfant nous est né
    Un Fils nous est donné
    Eternelle est sa puissance !

  • Image pleine de douceur et de confiance.
    Elle me rejoint dans ma vie de tous les jours où je suis témoin de tout l’amour des mamans africaines pour leurs bébés. Enfants portés au dos qui dorment profondément même quand les mamans s’agitent et dansent en ces fêtes de Noël. Un petit cri et déjà la maman se prépare et devine que l’enfant désire le sein. Et d’un geste rapide l’enfant est amené devant pour se nourrir du bon lait ! Que de tendresse et de prévenance !

    Invitation à aller voir les crèches de Noël, celles confectionnées par les enfants devant la maison ou dans la cour des concessions et qui disent tout l’amour de leurs coeurs !

Têtiere actus

Contempler une image


Voir aussi :

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 29 juin 2017

Nous ne voulons chercher d’autre paix que celle qui vient de Dieu (Annales)
Pied partage