Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

« Lecteur et acolyte » en vue du diaconat

Les soeurs du Christ Rédempteur

François, père de quatre enfants, a été institué "lecteur et acolyte" en vue du diaconat permanent par Monseigneur Rougé, évêque de Nanterre. La cérémonie a eu lieu à Notre Dame de la Miséricorde, au cours de l’eucharistie, le vendredi 22 mars 2019. Interviewé, voici ce qu’il nous livre :

M.R. : François, tu as été institué lecteur et acolyte en vue du diaconat permanent. Comment est né en toi ce désir de servir l’Eglise par le diaconat ?

François : Je crois que ce désir était en moi depuis longtemps, mais que je l’avais refoulé ou qu’en tout cas j’ai pris du temps pour qu’il se révèle. Je pense que tout remonte à mes années de collège où, dans le cadre de l’aumônerie, j’ai reçu la Confirmation et fait Profession de foi. Ces deux célébrations m’ont permis de m’affirmer chrétien, de passer d’une foi enfantine transmise par mes parents à une foi assumée.

François est appelé pour être lecteur et acolyte Dans les semaines qui ont suivi ma pProfession de foi, je chantais à longueur de journée « Jésus, je voudrais te servir sur ma route ». J’ai alors pris pleinement conscience de ma vocation de baptisé et qu’il me fallait d’une manière ou d’une autre répondre à l’invitation du Christ : « Viens, suis-moi ».

A la fin de mes années de lycée et au début de mes études supérieures, je me suis posé la question d’une vocation sacerdotale. J’y ai réfléchi avec l’aide de l’aumônier du lycée. En fin de première année de fac, j’ai rencontré Isabelle et j’ai été certain qu’elle était la femme de ma vie et que ma vocation était dans le mariage.
Ensemble, nous avons essayé de vivre notre baptême et notre mariage en répondant aux appels de pasteurs à Paris ou à Nanterre : animation d’aumônerie, éveil à la foi, préparation au baptême lorsque nos enfants étaient petits, préparation au mariage et accompagnement de catéchumènes depuis quelques années.
Isabelle devait sentir que quelque chose me manquait, car, il y a 15 ans, alors que nous étions membres d’une équipe d’accompagnement d’un candidat au diaconat, elle a déclaré au cours d’une de nos rencontres : « Je verrais bien François diacre », propos qui m’a étonné parce que nous n’en avions jamais parlé ensemble. A l’époque, j’ai évacué la question en me disant que mes engagements d’alors suffisaient bien, que le diaconat supposerait des changements sur le plan personnel et familial (j’étais alors jeune professeur d’université et notre dernière fille n’avait que 3 ans), que cela impliquait aussi une conversion avec des exigences que je ne me voyais pas assumer. « Suis-je vraiment digne de cet appel ? » a finalement été un argument d’auto-persuasion pour renoncer à m’engager sur un vrai chemin de discernement.

Prêtres et diacres à l'issue de la cérémonie Interpellé à nouveau il y a 5 ans par un diacre et son épouse, j’ai vraiment compris qu’il me fallait réfléchir sérieusement et que le Seigneur se manifestait une fois de plus dans cet appel. Après un week-end de retraite et après avoir rencontré les responsables du diaconat de notre diocèse, Isabelle et moi avons suivi une année de pré-discernement avec six autres couples puis quatre années de formation.
Voilà, j’ai mis du temps à comprendre mais le Seigneur est patient et sait faire usage de nombreux médiateurs.
Aujourd’hui, il me semble que deux désirs se rejoignent : celui de Dieu pour moi et le mien de vouloir Le servir et de vouloir servir mes frères et sœurs dans le diaconat.

François et Isabelle expriment leurs remerciements à tous ceux qui les ont aidés tout au long de ce cheminement M.R. : Au cours de la célébration, quel a été, pour toi, le moment le plus fort ?

François : Lorsque j’ai été institué acolyte par Mgr Matthieu Rougé, il m’a tendu la patène et le calice en prononçant ces paroles : « François, recevez ce pain et cette coupe pour la célébration de l’Eucharistie et montrez-vous digne de servir la table du Seigneur et de l’Eglise ». Lui et moi avions ensemble les mains sur les vases sacrés et j’ai ressenti cela comme un envoi en mission, une invitation à servir dans mon futur ministère la triple diaconie de la parole, de la liturgie et de la charité.
De plus, patène et calice ont été apportés par deux diacres, Emile et Louis, qui exercent leur ministère dans notre paroisse. C’était une façon de préfigurer la fraternité diaconale qui nous unira lorsque je serai ordonné en octobre prochain.

Interview réalisée par Madeleine R., SCR, Nanterre

Portfolio

Têtiere actus

Témoignages divers

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 23 septembre 2019

Parce que nous n’avons jamais perdu la confiance en Dieu, nous avons reçu la force d’En-Haut (Annales Congrégation)
Pied partage