Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Piéla (Burkina) : témoignage de Pierre, catéchiste

Accueil > Où sommes-nous ? > Quelques pages du Burkina Faso > Piéla > Piéla (Burkina) : témoignage de Pierre, catéchiste

Les soeurs du Christ Rédempteur

Lors de la Fête des 50 ans de présence des Soeurs du Christ Rédempteur à Piéla, le 26 janvier 2013, le soir à la veillée, Pierre Koyenga, catéchiste, leur a rendu cet hommage :

Pierre Koyenga, catéchiste à Piéla « Durant 50 ans les Sœurs du Christ Rédempteur nous ont bien rendu service. Elles ont aidé nos femmes dans la couture et ont soutenu les femmes enceintes, les couples pour leur bien-être familial. Elles ont manifesté de la tendresse envers tous sans exception et ont été du côté des personnes qui sont dans les difficultés. Elles ont aidé la population durant les périodes de famine et ont été attentives aux personnes handicapées, aux veuves, aux orphelins, aux malades, tout en leur apportant soutien et réconfort.

Elles ont œuvré à l’alphabétisation de la population. Elles ont entrepris des constructions d’écoles, des forages, des puits, des routes, des barrages (barrage de Dabesma).

Elles ont vraiment fait du bien et ce, sans aucune distinction, sans aucune discrimination. Nous ne pouvons énumérer tout ce qu’elles ont pu faire et réaliser. A voir les œuvres que les sœurs ont faites j’affirme que même un éléphant, dans toute sa force, ne pourrait les porter.

Flore du Burkina Faso A force de dévouement, de sacrifices, de ténacité dans le travail, le service, Sœur Béatrice était tombée gravement malade et Sœur Madeleine Lemoine aussi fut victime d’un accident grave. Malgré tout cela, elles sont restées debout, toujours prêtes à rendre service.
Sœur Marie Paule (Geneviève Joliveau) est restée proche de nous dans les villages environnants ; elle y allait avec sa moto, bravant toutes sortes d’obstacles. Elle y passait souvent ses nuits et manifestait toujours son enthousiasme. Comme elle, plusieurs sœurs ont vécu pareillement en étant attentives à nous. Je cite la Sœur Dominique, Sœur Marie Yempani (M. Costard), Sœur Marie Poluomo (M. Hany). Je leur dis grandement merci pour leur patience, pour leur pardon. Nous leur demandons pardon pour tous nos manquements.

Que le Seigneur Dieu leur rende au centuple leurs bienfaits. Et que Dieu Père et Fils et Saint Esprit leur donne de goûter à sa joie éternelle dans sa demeure ! ».