Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

REPSA : Le temps d’une Assemblée générale

Les soeurs du Christ Rédempteur

Les 19 et 20 Mars 2011, une soixantaine de REligieuses Présentes dans le monde de la SAnté ainsi que les prêtres accompagnateurs se sont retrouvés à Chevilly-Larue pour vivre ce temps privilégié d’une Assemblée générale, dans la vie de notre Association REPSA.

Ecoute du rapport d'activitésOnt également répondu à notre invitation : Sœur Marie-Adèle Rosar, Présidente de la FEDEAR (Fédération D’Equipes de Religieuses Apostoliques), Sœur Régine Rodriguez, Présidente du GRSC (Groupement des Religieuses en Service Communautaire) Sœur Madeleine Boutier, Secrétaire générale de la FNISASIC (Fédération Nationale des Institutions Sanitaires et d’Action Sociale d’Inspiration Chrétienne) ainsi que le Frère Nicolas Capelle, membre de la CORREF.(Conférence des Religieux et Religieuses En France)

L’orientation commune est votée pour deux ans par l’Assemblée générale, prenant en compte une question posée à la société et à l’Église. Ainsi,

- en 2003-2005, "Prendre soin de l’homme sans intérêt"
- en 2005-2007, "Œuvrer pour que chacun puisse être acteur"
- en 2007-2009, "Travailler à construire un vivre ensemble ouvrant un chemin de bonheur ?
- en 2009-2011, "Contribuer à ce que chaque personne puisse trouver, garder ou retrouver le goût de vivre".

Les Sœurs, engagées comme professionnelles ou bénévoles près des personnes en situation précaire, malades, âgées, isolées, marginalisées, en fin de vie, participent à des actions collectives.

Ainsi, suite à la canicule de 2003, dès la première rencontre qui préludait, en mai 2004, à la mise en place du "Collectif inter-associatif personnes âgées", la REPSA a été partie prenante de cette initiative.

A l’enquête : "Isolement et vie relationnelle" ont participé cent Sœurs de la Commission Personnes Âgées ainsi que dix autres associations.

Regard illuminé de la rencontreEn 2010, une deuxième enquête visait à préciser la nature et les effets de la relation aidant–aidé, que les personnes aidantes soient professionnelles ou bénévoles, et que les personnes aidées soient des personnes âgées vulnérables sur le plan physique, économique et/ou psychique.

La REPSA a participé à cette enquête en faisant appel aux Sœurs de la commission Personnes âgées et aux Sœurs de la Commission socio-sanitaire.

Ce sont donc, au moins, 8 738 Personnes Âgées et Sœurs Aînées et plus de 43 personnes accompagnées par téléphone qui bénéficient de l’engagement des REPSA. Qui peut mesurer la richesse humaine et spirituelle de toutes ces relations, tout ce « donner/recevoir » entre accompagnés et accompagnants ?

Le contexte de société nous faisait choisir l’orientation pour 2011-2013 :

-  Participer à la lutte contre l’isolement des personnes,
-  Permettre à chacun d’accéder à une solitude constructive,
- Mettre en œuvre, avec d’autres, de nouvelles formes de solidarité.

Les membres de l’A.G., après échanges et réflexion, ont adopté cette orientation qui leur semble bien adaptée à la société ; elle touche toutes les générations, y compris dans nos communautés. A travers la nouvelle orientation, la REPSA est en prise directe avec la grande cause nationale 2011 : "La Solitude" .

Ainsi se réalise le but de l’association :

"Soutenir l’action des Religieuses, leur permettre de s’informer, de se former en vue d’acquérir une conscience éclairée et de fortes convictions personnelles et collectives devant les options à prendre… et leur permettre de trouver leur juste place dans la société et dans l’Eglise". (Extrait des Statuts et Règlement intérieur.)

Reconnaissante de ce que je reçois de la REPSA et dans mon mandat actuel de Secrétaire générale, je me sens rejointe dans ma vocation de Soeurs du Christ Rédempteur qui nous engage à prendre notre juste place dans les combats de l’aujourd’hui, en ce monde que Dieu, notre Père, aime.

Monique G. SCR, Nanterre