Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Retour du fils prodigue

Accueil > Contempler une image > Retour du fils prodigue

Les soeurs du Christ Rédempteur

Que vous inspire l’image ci-dessous : "Le fils prodigue". Peinture d’Arcabas (Chapelle de la Réconciliation, Bergame) ?

Vous pouvez l’exprimer sous forme de réflexions, texte, poème, prière...
en cliquant sur "Répondre à cet article" en bas de page :

Messages

  • Point de prodigue sans pardon qui le cherche,
    Nul n’est trop loin pour Dieu ;
    Viennent les larmes où le Fils renaît,
    Joie du retour au Père !

    Point de blessure que sa main ne guérisse,
    Rien n’est perdu pour Dieu ;
    Vienne la grâce où la vie reprend,
    Flamme jaillie des cendres !

    Point de ténèbres sans espoir de lumière,
    Rien n’est fini pour Dieu ;
    Vienne l’aurore où l’amour surgit,
    Chant d’un matin de Pâques !

    Hymne de Carême

  • Ce qui est premier, c’est la bonté du Père. Tout son être accueille le fils (qu’on pourrait qualifier d’ ) "impardonnable" pour un coeur de père ; alors que lui le presse contre lui.

    L’attitude de l’enfant repentant et revenu vers son père : est-ce par amour où pour sa survie ne demandant seulement qu’à devenir son serviteur. Il me semble avec l’humilité du fils que tout est dans l’attitude du coeur, dans l’amour du père pour son fils. Un amour immense pour chacun de ses enfants dont je fais partie.

    Dieu de tendresse et Dieu de miséricorde,
    Dieu plein d’amour et de fidélité.
    Dieu qui pardonne à ceux t’aiment malgré leur infidélité .

  • Ce qui me frappe, c’est l’expression de la patience, de la tendresse du père pour son fils. Il se penche vers lui, tente de le relever, le prend dans ses bras.

    La faim viscérale a fait revenir le fils vers son père. Toujours à genou, il s’accroche au bras enveloppant de son père. Comme un enfant, il pose la tête tout contre son père pour implorer son pardon.

    Le jeu des couleurs est très parlant et contrasté. Du manteau rouge-orange du père émane son amour et sa lumière dont il veut envelopper son enfant.

    La tunique du fils est sombre mais ses genoux et ses mains sont illuminés de l’amour sans réserve du père.

  • Cette image, en couleurs vives et chaudes, nous montre un père au coeur très miséricordieux et à l’amour altruiste. Il ouvre largement ses bras en posant tendrement ses mains sur les épaules de son fils "prodigue", perdu et revenu. Son amour paternel est infini, malgré la vie désordonnée de son fils, qui, lui aussi, étend ses bras en s’agenouillant, se penchant et s’humiliant devant son père.

    L’initiative de la rencontre avec son fils jeune - mais aussi avec son fils aîné - vient du père. Il a donné la liberté et la possibilité de choisir le chemin de son choix. Plein d’enthousiasme face à la vie qui s’ouvre devant lui, le fils quitte la maison. Mais peu à peu il perd ses "valeurs", sous plusieurs influences. Par la rencontre avec son père, la dignité lui est redonnée. Sans discussion, sans explication, le fils - surpris par l’amour inconditionnel de son père - se sent totalement accepté. Une nouvelle chance de recommencer sa vie lui est offerte !

    Dieu notre Père ne regarde pas l’extérieur, mais plutôt le plus profond de notre coeur, comme un VEILLEUR attentif jour et nuit. Il aime tous les hommes. Oui, rentrer chez notre Père veut dire : accepter d’être aimé, d’être avec Lui en sécurité, malgré nos défauts.
    ETERNEL EST SON AMOUR !

  • Cette image m’envoie immédiatement au thème proposé pour l’année 2013 : "La diaconie".
    Vivre la diaconie
    - c’est vivre la compassion avec celui qui est dans la souffrance, la détresse.
    - C’est accueillir - non rejeter.
    - C’est libérer - non condamner.
    Vraiment cette image est pleine de compassion, d’amour vrai, fort, envers ce fils dans la détresse et le coeur plein de repentance.

    Après son passé de "fausse liberté", de débauche qui ne lui a pas donné la paix, la vraie joie, il a su s’arrêter, réfléchir, faire la démarche arrière..., revenir vers son Père qui l’attend, et espère sans cesse.

    Belle image d’un Père très aimant, d’un fils repentant qui se laisse tomber à genoux entre les bras ouverts du Père : bras enchevêtrés avec ceux du fils pour ne plus se séparer. Mon regard remarque les deux grandes mains du Père qui appuie, soutient son fils revenu sur son coeur.

    Seigneur, pendant ce Carême qui prépare à la grande fête de Pâques, d’Amour total, apprends-moi et emplies mon coeur de compassion, de tendresse, pour toutes les personnes que je côtoie chaque jour, spécialement les plus touchées dans leur corps et leur psychisme.

    Aimer c’est espérer pour l’autre et lui transmettre le virus de l’espérance.

  • Ce que je contemple d’abord c’est la tendresse du Père, son émotion, ses bras tendus, enserrant son fils. Il est venu au-devant de lui. Je contemple aussi ce fils repentant enserrant son Père, totalement remis au bon vouloir du Père. Repentance, abandon à la Miséricorde. Rien n’est perdu pour Dieu... Les deux croix signifient le salut de notre Dieu. Je me sens invitée à me jeter dans les bras du Père qui a envoyé son Fils non pas pour les justes mais pour les pécheurs.

  • L’attitude du père attire mon attention. Ce père aimant accueille, relève son fils souffrant, le réinsère dans sa famille, lui ouvre un chemin de vie.

    L’amour de Dieu Père est grand !
    Si large... Si profond... Si lumineux !

    Dans le coeur de Dieu, il y a une place pour moi, une grande place pour nous tous qu’Il attend patiemment, respectant notre liberté, prêt à pardonner nos faiblesses.

  • Je suis impressionnée par le corps à corps du père et du fils.
    Ils ne font plus qu’un.
    Leurs bras enlacés font comme l’anneau d’une chaîne vivante.
    J’aime les regarder et ressentir ce qui les habite au fond du coeur.
    Les couleurs me font pressentir quelle douceur fait place à la douleur des jours passés.

    En même temps, la croix, les deux croix rappellent ce que leur a coûté leur éloignement...
    Au fond, la maison, est là, ouverte, en attente.
    Deviendra-t-elle enfin le lieu des retrouvailles entre les deux frères,
    chez le Père, venu dire à son aîné, encore dehors : "Tout ce qui est à moi est à toi" ?

  • Ce père plein de tendresse qui se penche vers son fils, qu’il a tant attendu...

    Ce fils, après une vie de désordre, a eu le courage de revenir vers son père...

    Cette parabole m’invite à revenir vers Dieu, quand je m’éloigne un peu, et à lui faire cette prière : "O mon Dieu, prends pitié de moi, j’ai péché contre toi".

    - Prends pitié de moi, Seigneur, écoute ta bonté, et que ta miséricorde efface mon péché.
    Lave-moi de la souillure qui salit mon coeur, crée en moi une âme pure qui te fasse honneur.

    - Ne retire pas de moi l’Esprit de sainteté.
    Sauve-moi de mon orgueil et prends ma liberté.
    Si j’apaise ta Justice par un coeur brisé, tu verras mon sacrifice sans le mépriser.

    - Fais renaître en moi, Seigneur, la joie de ton salut, et fais-moi, pour ton amour, aimer de plus en plus porter témoignage de ta sainteté.
    Et viendront te rendre hommage tous les égarés...

Têtiere actus

Contempler une image


Voir aussi :

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 25 novembre 2017

Savoir parfois nous compromettre avec les pauvres afin de construire un monde plus juste et plus fraternel (Règle de Vie)
Pied partage