Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Saint Vincent Ferrier, un évangélisateur oublié

Les soeurs du Christ Rédempteur

Pendant mes vacances en Bretagne, à Vannes, exactement, j’ai manifesté ma surprise à une amie qui me montrait combien St Vincent Ferrier était présent dans la ville de Vannes. J’ai dû avouer mon ignorance pratiquement totale au sujet de ce Dominicain espagnol et même le peu que je croyais en savoir était erroné. A mon retour de vacances, j’ai fait ma petite enquête auprès de laïcs ou de religieuses : j’ai constaté la même ignorance.

Mais alors qui est Vincent Ferrier et pourquoi cet oubli de la part de beaucoup de Bretons ?

St Vincent Ferrier accueilli à Vannes par le Duc de Bretagne Jean VVincent Ferrier est né à Valence, en Espagne, le 23 Janvier 1350. A dix-sept ans, il entre au couvent des Dominicains de Valence.
Ce n’est qu’à partir de 1399 qu’il se met à parcourir l’Europe pour l’évangéliser.
Sa renommée de prédicateur et de saint est telle que par deux fois le duc de Bretagne, Jean V, le prie de venir évangéliser notre région. Il finit par répondre à cet appel pressant, Jean V lui ayant décrit la situation déplorable de la religion dans son Etat. Le voici arrivé à Nantes en février 1418. Mais c’est à Vannes qu’il est reçu en grand pompe par le Duc et sa cour. Il y prêche avec ardeur et opère de nombreuses guérisons. On le voit successivement à la Roche Bernard, Redon, Muzillac, Questembert et autres...

Il va ensuite à Rennes, où il prêche trois jours sans discontinuer, semble-t-il. Pendant une dizaine de jours, il parcourt les environs. Fougères, Vitré, Montfort bénéficient de ses prédications. Puis il revint à Rennes le 2 mai.

A l’invitation du Roi d’Angleterre, il part pour la Normandie et sera reçu à Caen. Mais il s’arrêtera au passage à Aubigné, Bazouges, Antrain. A chaque étape, on relate des miracles. Il passe par Bayeux, Coutances, Avranches.
Il revient en Bretagne par Dol, Saint Malo et Dinan. De nombreuses autres villes revendiquent d’avoir eu sa visite. Il arrive à Vannes où il meurt le 5 avril 1419. Enterré à la cathédrale de Vannes, il sera canonisé le 29 Juin 1455, par le Pape du moment, lui aussi originaire de Valence.

Son culte dans le Morbihan, à Vannes :

St Vincent Ferrier. Portail extérieur de la Cathédrale de VannesC’est Vannes particulièrement qui garde le plus mémoire de ce saint. Effectivement, si nous voulons pénétrer au cœur de la ville, nous franchissons une porte qui, comme par hasard, s’appelle Porte saint Vincent, où trône une statue du Saint. La place Valencia porte le nom de la Ville où il est né et c’est sur cette place que donne la maison où il est mort.
Bien que la Cathédrale de Vannes ne porte pas son nom, c’est lui aussi qui nous accueille, au centre du grand portail, à l’extérieur. La chapelle du Saint Sacrement contient le tombeau du Saint. Deux vitraux y représentent l’accueil reçu par Vincent à Vannes de la part du Duc de Bretagne et l’autre par le roi d’Angleterre. Une église de Vannes et une école primaire portent son nom. L’église de l’île aux Moines conserve un buste en bois qui représente le saint.

On peut, sans doute, rester perplexe face à tout ce qui est raconté sur sa vie, mais il reste qu’il a marqué la Bretagne et que nous l’avons oublié !

Sr Gabrielle H., SCR, Liffré

Têtiere actus

Pastorale, proximité

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 1er mai 2017

Nous sommes appelées par toute notre vie à dire que nous croyons au mystère de la Justice de Dieu à l’œuvre dans le monde « non pour le condamner, mais pour le sauver » (Règle de Vie)
Pied partage