Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Un regard qui fait vivre...

Accueil > Contempler une image > Un regard qui fait vivre...

Les soeurs du Christ Rédempteur

Que vous inspire l’image ci-dessous ?

Vous pouvez l’exprimer sous forme de réflexions, texte, poème, prière... en cliquant sur "Répondre à cet article" en bas de page :

Messages

  • Dans cette icône, le Christ, bon Pasteur, occupe une place centrale. Revêtu d’un drapé rouge, symbole de la divinité, le bâton du berger à la main, Jésus tourne son visage vers l’enfant. Sa main posée sur la tête de l’enfant révèle une tendresse, une sécurité, une marque de confiance.

    L’enfant répond par une attitude d’accueil, mains ouvertes, d’abandon, de disponibilité.

    En cette rentrée, laissons le Christ poser son regard sur nous, assurées qu’il nous fait vivre. Ainsi, nous pourrons porter sur chaque personne rencontrée un regard renouvelé.

    Aujourd’hui, en la fête de St François d’Assise, nous aimons rappeler son message :

    " Évangéliser, annoncer la Bonne Nouvelle, c’est aller vers les hommes, leur offrir une amitié qui leur fasse sentir qu’ils sont aimés de Dieu et sauvés en Jésus Christ".

    Sagesse d’un pauvre

  • Un petit enfant dans un univers montagneux où rien n’est pas à sa taille !

    Hostilité d’un tel univers.
    Angoisse. Solitude. Impuissance.

    Et puis cette présence rassurante.
    Ces mains apaisantes et protectrices sur sa tête.

    Il est là Celui que les situations difficiles n’effraient pas.
    Il est là quand l’obscurité du chemin risque de faire trébucher.

    Il est là, simplement, avec son bâton lumineux.
    Il est Celui qui sauve des impasses dangereuses.

    Quand je suis cet enfant égaré, viens me sauver Seigneur Jésus.

  • Cette image me fait penser à la brebis perdue. Cet enfant a quitté son environnement. Il part. Il marche... et marche encore. À un moment, il se trouve seul, triste, au pied de ce rocher. Il ne reconnaît pas le chemin. Vraiment, il est angoissé, désemparé.

    Heureusement, voici une rencontre. Peut-être, quelqu’un est-il à sa recherche ? Ou bien, est-ce un inconnu ? Qu’importe. Il vient vers lui, tel un bon pasteur, le Bon Pasteur. Doucement il l’apprivoise, pose sa main sur sa tête comme pour le rassurer. Il lui montre le vrai chemin et se propose pour l’accompagner. L’enfant reprend confiance. Son petit pied gauche emprunte la même direction que le grand pied de ce bon pasteur. Il est sur la bonne route désormais. Il n’est plus seul et retrouve la joie de vivre.

    Et nous ?
    À nos moments de doute, de découragement, "prenons la main que Dieu nous tend" par l’intermédiaire de celui, qui tel le Bon Pasteur, nous remet sur le bon chemin.

  • "Je suis le bon Pasteur et je donne ma vie pour mes brebis"

    Le christ, en vêtement rouge, bâton à la main, tourne son regard vers cet enfant et le protège de sa main rassurante. Ainsi l’enfant en toute confiance peut suivre ce berger.

    Et nous, aujourd’hui, laissons-nous toucher par ce regard qui fait vivre...

  • Un regard plein de tendresse qui m’invite à quitter tout ce qui m’empêche d’être à Lui. Un regard qui m’invite à Le suivre..., à aller toujours plus loin.

    Seigneur Jésus, apprends-moi à vivre la confiance, l’abandon, comme ce petit enfant !

    J’ai rencontré Celui que mon coeur aime...

  • Une icône du Christ, le bon Pasteur, portant dans sa main un bâton de berger. Avec tendresse, il regarde le petit enfant, en posant sa main sur sa tête, engendrant ainsi sécurité et abandon.

    C’est avec un regard qui vient de l’intérieur, de son coeur plein d’amour et de miséricorde, que Jésus donne toujours des nouvelles chances de vie. Il voit plutôt l’amour que le péché (cf. avec Marie-Madeleine par ex.). Son coeur en est touché.

    C’est le regard d’amour et de tendresse de Dieu Lui-même qui rayonne dans les yeux de Jésus.
    Il rejoint toujours ce qui se passe à l’intérieur d’une personne, en se faisant proche. Son regard guérit, console et pardonne. Il fait vivre.

    Et nous ? Ne voyons-nous pas souvent l’extérieur d’une personne, au lieu de regarder à l’intérieur ?
    Le regard que nous avons sur l’autre a de l’importance.
    Qu’un regard du coeur, un regard de douceur soit le reflet de ce que nous pensons et souhaitons ! Ne pas "clouer" quelqu’un sur son passé, mais plutôt le voir tel qu’il est actuellement, avec respect, avec ses possibilités et non ses échecs.

    Oui, avec un regard qui fait vivre.

  • Sur fond de pics montagneux et de rochers abrupts symbolisant la difficulté, le danger,

    - un petit enfant fragile, insouciant (son jouet dans la main droite...), abandonné, "même pas peur !"

    - tout à côté de lui, Jésus, le Bon Pasteur, démesurément grand, le bâton rassurant, le regard plein de tendresse, la main protectrice... Il est entièrement "présent" à l’enfant, qui lui fait totalement confiance.

    J’y vois l’ image de ce que devrait être ma vie au quotidien. Sûre de la promesse de Jésus :

    "Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde !

Têtiere actus

Contempler une image


Voir aussi :

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 23 août 2017

Il est impossible d’accepter que l’œuvre d’évangélisation néglige les questions concernant la justice, la libération, le développement de la paix dans le monde (Paul VI, Evangelii nuntiandi)
Pied partage