Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Vie d’un "sourd"...

Les soeurs du Christ Rédempteur

Les obsèques de Roger Barbanchon à l’EPHAD de Chaudeboeuf, en St Sauveur des Landes (35) ont fait resurgir bien des souvenirs pour Sœur Marie-Louise.

Ecole des Sourds à Rillé Ayant vécu toute sa vie professionnelle au service des « sourds » - comme on disait autrefois - elle se souvient du jour de 1954, où elle a accueilli Roger âgé de 5 ans, au CTOP, Centre de Traitement et de Rééducation de l’Ouïe et de la Parole..

Atteint d’une surdité totale, avec de grandes difficultés de compréhension, paralysé d’une jambe, abandonné des siens, il n’a pas été possible aux Sœurs de lui apprendre à parler pendant les onze années où il était pensionnaire au Centre.

Roger et Sr GenevièveIl aurait tant aimé être guéri de sa surdité, et le faisait comprendre en mettant ses index dans ses oreilles, puis sa main sur la bouche en faisant signe de parler… Mais tous les efforts ont été vains !

En 1966, Roger est arrivé à Chaudeboeuf où il allait passer toute sa vie de 1966 à 2016.
Sœur Marie-Louise, sa première institutrice et Hélène, l’aumônier des résidents, étaient heureuses à ses obsèques de témoigner de sa vie au quotidien.

Deux pavillons de Chaudeboeuf

Pourtant, pour le comprendre et le rejoindre dans ce qu’il vivait de difficile, toutes les deux se sentaient bien démunies. Mais ce qu’elles voyaient les impressionnait. Il savait goûter ce qui est beau, était content lui-même d’être tout beau, tout propre, et tout parfumé. Il répétait à qui voulait l’entendre : « Beau ! Beau ! Beau ! »
Quand il regardait la nature, c’était également son refrain.
Il savait se montrer très débrouillard : il fallait voir comment il s’y prenait pour monter ou descendre des véhicules avec sa jambe raide puis s’installer dans son fauteuil. Il savait alors faire signe à l’un ou l’autre pour l’emmener là où il voulait.
Il aimait tricoter et il était très fier de ce qu’il réalisait.

Récit transmis à Sr A.M. SCR Fougères

Portfolio

Têtiere actus

Témoignages divers

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 17 décembre 2017

Faire oraison, c’est s’accoutumer à nourrir son âme d’un simple et amoureux regard en Dieu afin de se réjouir de l’unique nécessaire. L’âme fait peu et reçoit beaucoup (Règle de Vie)
Pied partage