Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Visage du Christ

Accueil > Contempler une image > Visage du Christ

Les soeurs du Christ Rédempteur

Que vous inspire l’image ci-dessous : "Christ de Rouault" (France, 20e siècle) ?

Vous pouvez l’exprimer sous forme de réflexions, texte, poème, prière... en cliquant sur "Répondre à cet article" en bas de page :

Messages

  • Regard suppliant
    faciès douloureux.
    Fixer ce regard longuement devient insupportable...

    Ce visage du Christ semble attendre quelque chose,
    ou quelqu’un qui l’approche,
    le regarde avec ses yeux,
    surtout avec son coeur...
    Il semble attendre non pas de la pitié,
    mais attendre de la "compassion"
    pour communier,
    impuissant à la souffrance de Celui qui donne sa vie pour moi,
    pour chacun de nous.

    Seigneur, viens à mon secours,
    aide-moi à partager la souffrance de l’autre quel qu’il soit,
    par ma présence
    et aussi mon silence.

    Etre là : simplement...
    Seigneur augmente ma foi et merci.

  • Dans le visage du Christ, ce sont les yeux qui se font remarquer en premier.

    Ce regard est plein de compassion, d’amour, de tendresse. Il n’est pas "jugeant", mais plutôt "invitant" : il voudrait maintenir une relation réciproque, pour ainsi dire. Peut-être que - en contemplant ce visage - nous réalisons que nous ne répondons pas assez à cette invitation pour une vraie rencontre, une profonde relation.

    Les yeux de Jésus - et par lui ceux de Dieu - nous regardent d’une bonté divine. C’est un regard qui "vient" du coeur, de tout son"être".

    Dans l’ Evangile, nous comprenons comment les gens pouvaient ouvrir leur coeur sous ce regard plein de tendresse, de confiance et de compassion.

    Les couleurs sont belles et évocatrices : le rouge de la divinité, le bleu de l’humanité et le vert de l’espérance.

    Ce Visage est comme une invitation : n’avons nous pas le choix de suivre l’exemple de Jésus = celui qui fait VIVRE ?

    Belle Fête de Pâques dans la joie de la Résurrection !

  • Le Christ, couleur rouge sang, nous offre un regard souffrant qui me fait penser aux paroles du Cantique (1P2) :
    "C’est pour nous que le Christ a souffert.
    C’était nos péchés qu’Il portait...".

    Regard qui scrute les coeurs et semble nous dire :
    "Allez-vous enfin comprendre... Comme je voudrais que tous les hommes soient sauvés ! Mais ne vous sauvez pas devant le salut qui vous est proposé. Accueillez-le !"

    Oublie notre péché, prends pitié de nous !

  • Ce qui frappe dans cette oeuvre de Rouault,
    c’est l’harmonie des couleurs à dominante rouge, jaune et bleue.

    Jésus, le visage lumineux, flamboyant même, a les yeux tournés vers nous.
    Il pose son regard sur chacun de nous, avec douceur, compassion et gravité.
    Toute sa personne exprime beaucoup d’amour à donner.

    Comme un mendiant, Il attend notre réponse.
    "Tu es le pauvre, Seigneur Jésus, en toi la gloire éternelle de Dieu"

  • La Semaine Sainte, avec les terribles heures de la Passion de Jésus, a maintenant fait place au temps pascal, ce temps festif et joyeux de la Résurrection...

    Mais ce visage de Jésus, peint par Rouault, continue de me hanter, de me toucher à l’extrême. J’imagine qu’il a fallu beaucoup d’intériorisation et de longues méditations au peintre pour arriver à une telle expression !

    Jésus, au plus profond de sa souffrance - qu’elle soit celle de sa Passion d’hier ou celle d’aujourd’hui à travers la douleur de ses frères en humanité - ne cesse de quêter notre compassion, ma compassion. Son attitude est toute de douceur et d’humilité. Son regard est à la fois intense, respectueux de ma liberté, patient, confiant...

    Christ torturé, moqué, violenté à travers tant de nos frères, prends pitié de nos lenteurs à nous laisser toucher, pardon lorsque nous nous dérobons à la vue de telles souffrances "gênantes", donne-nous le courage du regard fraternel qui se laisse atteindre et du geste de tendresse qui ose...

    "Jésus, doux et humble de coeur,
    rends mon coeur semblable au tien !"

  • Quand je regarde ce visage du Christ peint par Rouault,
    je ne peux quitter son regard.
    Il me semble rempli de questionnement, d’effroi aussi.
    Mais aucune violence envers quiconque.
    Un amour plutôt.
    Un amour en attente.

    Sa tête est penchée dans un mouvement plein de douceur.
    Une douce majesté.
    Je me laisse rejoindre par Lui.
    Je Lui exprime mon amour,
    mon désir de le faire connaître tel qu’Il est
    et non selon le regard de ceux qui ont juré sa mort.

    Il est Celui qui s’est laissé devenir une chose entre les mains de ses ennemis
    Il est Celui que le Père a ressuscité, entraînant avec Lui toute l’humanité.

  • Ce matin, ces phrases du psaume 33 :
    "Le Seigneur entend ceux qui l’appellent. Il est proche du cœur brisé "
    me renvoient à l’image du "Christ de Rouault".

    Ses yeux, tournés vers nous, invitent à la confiance. N’est-il pas présent à nos côtés, toujours prêt à nous rejoindre dans le quotidien de nos vies ?

    Son oreille se montre attentive aux cris de souffrance et de joie de l’humanité.

    Son visage, traversé par la douleur, laisse transparaître une lumière.

    Au matin de Pâques, Christ est ressuscité, événement unique qui nous ouvre un avenir.

Têtiere actus

Contempler une image


Voir aussi :

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 19 octobre 2017

Jésus est le chemin. Que notre intelligence et notre cœur se nourrissent de sa Parole. Que notre vie quotidienne se laisse transformer par la communion à son Corps livré (Règle de Vie)
Pied partage