Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Heureux les pauvres en esprit !

Accueil > A l’écoute de la Parole > Heureux les pauvres en esprit !

Les soeurs du Christ Rédempteur

Nous sommes habitués, le jour de la Toussaint, mais aussi lors de célébrations d’obsèques, à entendre le récit des béatitudes de l’évangile de Matthieu. Arrêtons-nous simplement à la 1re.

Heureux les pauvres en esprit (ceux qui ont une âme de pauvre), car à eux est le Royaume des cieux !

Placée la 1re, cette béatitude est un peu le résumé des autres et nous donne la condition primordiale de la joie, ce qui la permet et l’alimente. Et, d’un mot, Jésus bouscule les conditions du bonheur universellement répandues : aussi bien deux mille ans avant lui que deux mille ans après, qu’il s’agisse du temps d’Abraham ou d’une société capitaliste, l’ensemble des hommes s’accordent au moins sur un point : ils tiennent la richesse pour un bien primordial et pour une condition du bonheur.

Les Béatitudes, en Matthieu 5Et voilà que le Christ proclame que la première valeur indispensable au bonheur et au Royaume, c’est la pauvreté. La pauvreté matérielle n’est que le commencement, une façon de se désencombrer. Mais elle est l’orée d’un chemin qui s’enfonce à l’infini. On pourrait en un sens lire tout le progrès spirituel d’une personne comme son cheminement dans le mystère de la pauvreté.

Pourquoi ? C’est que tout est don !
Tout est don ! Cf 1 Co 4,7 : « Qu’as-tu que tu ne l’aies reçu ? » Oui, tout ce dont nous avons hérité à la naissance et recevons chaque jour, tout est don !
Heureux les pauvres ! Plus une âme est pauvre, plus elle est vide, plus de cette profondeur monte un appel. Et tous les biens de Dieu peuvent sans obstacle couler dans cette âme ouverte - pourvu seulement qu’elle sache rester pauvre sous la merveilleuse abondance des richesses qui déferlent !

Mais, si souvent nous dressons obstacle : dès que Dieu donne, nous agrippons d’une main avare ; sitôt qu’une de ses largesses nous comble, nous la saisissons pour nous en parer ou pour alimenter notre orgueil et notre suffisance.

Or, chaque geste possessif nous ferme, nous cristallise sur un avoir, et nous empêche de recevoir davantage. Et Dieu - qui voudrait nous combler toujours plus - est arrêté par ses dons mêmes, que nous avons élevés comme un rempart entre Lui et nous ! Alors, il se cache pour se faire désirer !

La pauvreté n’est pas une condition arbitrairement posée, un obstacle à franchir pour entrer dans le Royaume des Cieux, elle est bien plus que tout cela : elle est une accoutumance, un apprivoisement, une façon de s’accorder, de s’ajuster (au sens musical du mot) à la joie qui nous est promise. Mais ceci est encore don de Dieu.

Heureux les pauvres en esprit Chaque fois que Dieu nous fait un signe, chaque fois que notre prochain demande notre manteau, chaque fois que nos yeux s’ouvrent devant une exigence inaperçue, laissons s’approfondir dans notre vie la première béatitude. Nous serons alors transparents aux valeurs de Dieu et de son Royaume : le cœur pur verra Dieu ; la paix émane des Fils de Dieu ; la douceur, la miséricorde baignent l’âme délivrée de toute possession.
Elle est enfin pauvre, assez profondément ouverte pour pouvoir mettre sa joie dans l’autre ; pour être capable, autant qu’il est possible à une créature, d’entrer dans ce mystère de générosité jaillissante qu’est le mystère de la famille divine.

Le Royaume des pauvres est de plain-pied avec le Royaume éternel !

Soeur Gabrielle H., SCR

Têtiere actus

A l’écoute de la Parole


Voir aussi :

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 29 novembre 2020

« Marchez en ma présence avec ferveur et gardez le silence intérieur. C’est au milieu du calme que je révèle à l’âme les secrets de mon cœur » (Chant P. Le Taillandier)
Pied partage