Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Joie de Noël

Accueil > Contempler une image > Joie de Noël

Les soeurs du Christ Rédempteur

Que vous inspire l’image ci-dessous : « Nativité aux oiseaux » de Sr Mercédès, (Dourgne) ?

Vous pouvez l’exprimer ci-dessous sous forme de réflexions, texte, poème, prière...

Messages

  • Dans l’étable délabrée,
    Un couple s’est réfugié,
    Au cœur de la nuit étoilée.
    L’étable est ouverte à tous les vents.
    Jésus vient pour les hommes de tous les temps.
    Mystère de la première messe sur le monde,
    Qui aujourd’hui nous inonde.
    N’allez pas croire trouver l’enfant,
    Couché sur un lit d’argent.
    Dieu se fait humble. L’enfant est couché
    Dans bras de Marie, jeune accouchée.
    Entrez, entrez, venez, venez.
    Entrez, entrez, voyez, voyez.
    Entrez, entrez regarder, regarder.
    Entrez, entrez, adorez, adorez.
    Vous trouverez Joseph et Marie.
    Vous verrez l’enfant tout endormi.
    Vous verrez un âne et un bœuf agenouillés.
    Ils réchauffent Jésus en cette nuit étoilée.
    Dieu vient dans la faiblesse d’un enfant,
    Montrant son amour incessant.
    Mystère d’une naissance.
    Mystère de la nouvelle alliance.
    La première table eucharistique,
    Une mangeoire fortement rustique.
    La première nappe d’autel,
    Des langes pour un corps tout frêle.
    Voilà la première messe sur le monde,
    Continuée par l’eucharistie en notre monde.
    Dieu en Christ rejoint notre humanité,
    Dans notre propre chair et la simplicité.
    Il épouse la pauvreté de notre terre
    Et, de son amour nous enserre.
    Noël, chemin de la simplicité.
    Noël, chemin de l’humilité.
    Notre Dieu se fait pauvre et nu.
    Qui l’eût cru.
    René FRENEL

  • Joie, lumière, sourire, tendresse : l’enfant est bien accueilli. Il repose, sur les genoux de sa mère, tout au centre de l’image. Sur son auréole se dessine déjà une croix, signe de salut pour tous les hommes.
    Marie nous regarde paisiblement ; Joseph, dans son amour paternel, soutient tendrement Marie et l’enfant.

    Tout autour la création est bien présente, dans le ciel étoilé, il y a même l’encens.
    Les couleurs jaune, orangée, gris bleuté et blanc forment une harmonie qui invite à la joie et à l’adoration.
    Cette « Nativité aux oiseaux » rappelle la crèche de Saint François d’Assise.

    Un enfant nous est né, un Fils nous est donné, éternelle est sa puissance .

  • Joie de Noël Crèche d’une belle naïveté , toute baignée de lumière.
    Marie serrant dans ses bras le nouveau né avec tendresse.
    Joseph posant sa main délicatement sur le bras de Marie.
    Geste exprimant l’unité des cœurs dans une intense communion à ce grand mystère de notre foi en notre humanité.
    Émerveillement, action de grâces, louange, bénédiction.
    Chant des oiseaux, nouvelle création.
    « tout le jour, ma bouche redira ta louange »

  • Année 1223, la veille de Noël, St. François d ‘Assise, avec ses frères rassemblés, fait bâtir une crèche vide, avec de la paille, un boeuf et un âne vivants. Il aime aussi les oiseaux. Son but : faire expérimenter, par les croyants, la naissance de Jésus à Bethléem. De cette manière il veut interpréter les circonstances bien pauvres dans lesquelles Jésus est né.

    La naissance de Jésus a eu lieu en effet dans une crèche bien pauvre. Pourtant, Marie et Joseph, sans-abri comme actuellement tant de réfugiés, ont accueilli leur enfant avec beaucoup d’amour et de tendresse. L’image nous montre que Jésus se sent bien sur les genoux de Marie. Celle-ci a le regard très serein, ouvert et heureux. Son mari Joseph, l’air aussi très heureux, soutient tendrement les deux.
    Où se trouve Bethléem actuellement pour nous ? Où peut naître notre Rédempteur ? C’est surtout là où souffrent les gens, où ils désirent tellement la paix et la justice. Mais également là où les gens montrent la bonté et la miséricorde de Dieu.
    Et Noël pour nous ? Qu’est-ce que cela signifie ? Le plus important c’est que le Christ-Jésus continue de naître et de grandir par chacun de nous. De quelle manière ? Lorsque nous visitons et consolons des malades par exemple, ou que nous écoutons des personnes âgées que nous aimons, respectons et avec qui nous partageons...
    En ce qui me concerne le plus important c’est que le Christ naisse et grandisse continuellement pour moi, de moi et par moi.
    QUEL GRAND MYSTÈRE ! TOUS MES REMERCIEMENTS A JÉSUS, MON SAUVEUR, MON RÉDEMPTEUR.
     

  • La couleur or domine. Cette image lumineuse m’inspire les paroles de ce chant :
    "Christ est lumière au coeur des hommes
    Christ est lumière au coeur du monde"
    .
    J’imagine les oiseaux chantant leur joie à leur manière, tous tournés vers l’Enfant-Dieu. Joseph est attentif à l’Enfant, les yeux de Marie semblent fixés sur l’avenir, regard dans le lointain. Le voile blanc de Marie signifie la pureté, Marie restée vierge.
    Cette représentation m’invite à rendre grâce pour la venue de Jésus sur la terre pour nous sauver et pour cette venue de tous les jours parmi nous.

  • Je te remercie, Seigneur, à cause de toutes ces personnes, avec tous ces dons capables de peindre les différents moments de ta vie avec beaucoup de sentiment...
    Ici, tout porte à la joie, même l’encensoir qui se balance à l’arrière. Marie, qui vient pourtant d’accoucher, semble en bonne forme. Joseph se fait tout petit et il est heureux (c’est l’amour vrai !). Tout le monde est de la partie, même les oiseaux... Cette scène me fait penser au chant « Le Noël des petits oiseaux ».
    Ici, un enfant comme on a l’habitude de les voir... Merci, Seigneur, pour tous les enfants qui ont un papa et une maman qui les aiment. Donne l’espérance à ceux qui sont dans les difficultés.
    Le chef de choeur, c’est le Père : « Je vous le donne, parce que je vous aime ».
    Viens, Seigneur me changer, me transformer, me refaire à neuf en ce Noël 2017 !

  • Traditionnellement, la naissance de Jésus se passe dans une crèche. Ici, les étoiles laissent penser que c’est à ciel ouvert...
    - Nous avons devant nous une image de joie : un père, une mère, un enfant qui vient de naître.
    C’est intéressant pour notre année anniversaire de congrégation dont le thème est « Naître et Renaître ». Joie d’une naissance... Jésus vient à nous dans la faiblesse de notre humanité, pour nous sauver. Il nous invite sûrement en ce Noël 2017 à demander l’esprit d’enfance.
    - On note la présence d’éléments de la Création. Quel sens ? Tout le monde créé est destiné à devenir, avec l’Incarnation, terre nouvelle. C’est aussi tout se qui se joue à travers l’écologie sous ses différentes formes.

  • C’est dans une pauvre étable sans confort qu’est né le Sauveur. Et pourtant ici il fait bon et l’atmosphère est particulièrement joyeuse !

    Les couleurs sont chaudes, royales... Je suis frappée par :
    - les yeux de tous les vivants (ceux de Marie et de Joseph, oeil vif de l’âne, du boeuf, du mouton et même des oiseaux), tous concentrés sur un même point focal : l’enfant (sauf ceux de Marie).
    - les mains : celles de Marie enserrent doucement, protègent son trésor ; la main droite de Joseph - penché épaule contre épaule - touche délicatement le bras de son épouse
    - les visages si pleins de bonheur et de paix de Joseph et de Marie : celui de Joseph est tout entier orienté vers ses 2 amours ; celui de Marie est tourné vers moi, vers toi et respire la jubilation et comme une complicité qu’elle voudrait transmettre...

    La Création tout entière participe à cette allégresse (j’aime la familiarité des oiseaux !)...Noël, c’est comme la « re-création » dans la Paix, la Bonne Nouvelle apportée par un nouveau-né du seul fait de sa présence...
    Qu’il en soit ainsi pour notre Monde en ce Noël 2017 ?

Têtiere actus

Contempler une image


Voir aussi :

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 23 septembre 2018

Parce que nous n’avons jamais perdu la confiance en Dieu, nous avons reçu la force d’En-Haut (Annales Congrégation)
Pied partage