Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Les amis d’EDEA ou « Oser Partager »

Accueil > Actualité > Les amis d’EDEA ou « Oser Partager »

Les soeurs du Christ Rédempteur
Jeunes de Edéa au Cameroun

« 5 Pains et deux Poissons », c’est sous cette appellation qu’un prêtre du Cameroun a mis en place un petit groupe soucieux de pallier au manque d’éducation et d’encadrement d’enfants de sa paroisse, prenant en charge leurs frais de scolarité et leurs fournitures scolaires. « 5 Pains et 2 Poissons », en référence à l’Évangile où Jésus a nourri une foule grâce à la générosité de ceux-là qui ont accepté de partager leurs maigres réserves, et c’est alors que le miracle s’est produit.

Aujourd’hui encore oser partager accomplit de petits miracles : c’est l’expérience vécue qui s’exprime dans le témoignage ci-dessous relatant la naissance d’une association en soutien à des enfants défavorisés à EDEA, une localité semi-urbaine au Cameroun.

Abbé Benoît Désiré Toum

Tout commence au cours de l’été 2018, lorsque le Père Benoit Désiré Toum vient en France pour la première fois y assurer un mois de ministère à la paroisse de Chateaugiron. En évoquant la réalité de son pays il nous fait part du soutien qu’il apporte à des familles pour leur permettre d’envoyer leurs enfants à l’école, grâce à une petite équipe qu’il a constituée sous l’appellation « 5 Pains et 2 Poissons »
« Un jour, raconte-il, dans la rue je rencontre un enfant en pleurs. Je lui demande la raison de son chagrin et l’enfant répond qu’il voudrait bien aller à l’école, mais son oncle chez qui il vit n’a pas les moyens de payer les frais liés à la scolarité, ses parents à lui étant décédés. Il rencontre alors le directeur et s’engage à aider à la prise en charge de la scolarité ».

Enfants et jeunes paroissiens de Edéa, Cameroun

Il s’est engagé par la suite à en aider quelques-uns et en recense quelques autres qui ont de réels besoins. Spontanément, quelques personnes se sont proposé de soutenir certains d’entre eux. Une association « Solidarité EDEA » est ainsi née à Chateaugiron, régie par loi 1901, regroupant une douzaine de membres aujourd’hui.

Aujourd’hui, l’abbé Benoît poursuit ses études à Jérusalem. Mais l’association continue d’accompagner ces enfants par l’intermédiaire de Matthieu BISSECK délégué par le Père Benoît, qui continue lui-même de superviser ce qui est fait. Mathieu visite les familles, tient un dossier pour chaque enfant et nous rend régulièrement compte de l’évolution scolaire de chaque enfant. Son investissement est stimulant pour notre association et un véritable échange nous permet de mesurer combien nous sommes riches face à la misère de certaines populations.

A ce jour, cette petite association « Solidarité EDEA » - née de l’audace de « partager » - soutient 12 enfants dans leur cheminement scolaire jusqu’au baccalauréat. Un des jeunes pris en charge s’apprête à rentrer au séminaire. Tous n’ont pas cette chance et, sans cette scolarité, ils se retrouvent parfois dans la rue ou en prison pour vol ou bagarres.

Jeunes vendeurs ambulants au marché de Edéa, Cameroun

Benoit Désiré nous partage son émotion et toute sa reconnaissance devant cette initiative née du partage d’un souci qui lui tient très à cœur : l’éducation des enfants et l’aide apportée à des familles en très grande pauvreté.
Nous espérons voir grandir notre association et chaque don, même symbolique, représente beaucoup pour ces enfants pour qui le chemin de l’école s’ouvre avec l’espoir de vivre mieux.

Sr Marilou D, SCR, présidente de l’association « Solidarité Edéa »
S’adresser à : maloudoro@orange.fr