Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Sainte Famille dans l’atelier du charpentier

Accueil > Contempler une image > Sainte Famille dans l’atelier du charpentier

Les soeurs du Christ Rédempteur

Image du Mois

Que vous inspire l’image ci-dessous : « Sainte Famille dans l’atelier du charpentier » (de Gerrit van HONTHORST, Flandres, 17e) ?

Vous pouvez l’exprimer dans le cadre blanc sous cette plume ou à la suite des messages déjà écrits, sous forme de réflexion, poème, prière...

Messages

  • Jésus, tu n ’étais pas bien grand quand je suis allé te voir à Nazareth.
    Je voudrais rappeler quelques souvenirs gravés dans ma mémoire.
    Marie, ta maman m’a surpris, âgée seulement de trente printemps.Elle tenait sa maison à merveille. Jésus, tu allais souvent avec maman au puits du village, tirer l’eau fraîche pour les besoins de la quotidienneté de la maisonnée.
    Tu jouais avec tes petits copains sur la place du village pendant que maman pressait l’huile au moulin pour la cuisine et l’éclairage de la lampe à huile. Tu portais la pâte pétrie avec maman, au four du village pour cuire le pain. Marie, une femme toute donnée dans les simples choses de la vie.
    Ce que tu préférais, c’était être dans l’atelier avec Joseph.C’était le temps où ta tunique diminuait de longueur car « Tu grandissais en taille et en sagesse ». Avec Joseph, tu en as fait des charrues, des meubles, débité du bois à l’herminette. Ton papa avait des doigts en or. Il t’a donné la passion du bois et ta passion s’est terminée sur une croix en bois.
    Elle était bonne l’odeur du bois fraîchement coupé et les copeaux sortant de la varlope. Tu as traîné tes sandales dans la sciure et maman de te dire « Tes sandales et ta tunique sont pleines de sciure » et toi de répondre : « j’ai aidé papa ». Ah Marie, tu n’as pas tout compris quand ton fils de dire« Ne savez-vous pas que je dois être aux affaires de mon Père » !
    Marie, Joseph, Jésus, une famille toute simple où l’amour est premier. Une famille parfois déroutée par Jésus mais où le dialogue a toujours fait place.
    Seigneur fais de nos familles une maison de Nazareth avec un papa et une maman et des enfants. Que l’homme ne touche pas au mystère de sa propre humanité décrit dans les textes de la Genèse : « Dieu les fit mâle et femelle et leur dit : » Croissez et multiplier-vous".
    René Frénel

  • "Tu seras pilote « ou » docteur mon fils", tels sont les rêves des parents d’aujourd’hui surtout des pauvres : faire des études et accéder à une bonne carrière. Ici rien de cela. C’est l’amour qui se dégage de ce tableau. Jésus après sa fugue est tout entier appliqué à aider son père, comme tout enfant d’artisan.

    Mais qu’en pensent les parents après ces paroles incompréhensibles du temple : "Ne savez vous pas que je dois être aux affaires de mon Père" ? Le rabot fait transpirer Joseph, il sait que c’est lui qui fait vivre la famille, avec son enfant conçu sans lui. Rien ne lui fait penser qu’un jour ce bois supportera le corps meurtri de ce fils.
    Ce père vit sa vie de maître de maison et en est récompensé par l’ardeur de ce jeune apprenti ; Joseph modèle de discrétion, de disponibilité à l"instant présent, homme responsable, devient référent, modèle des papas d’aujourd’hui.

    Et Marie ? L’ardeur de ces deux hommes la réconforte sans doute, elle possède pour le moment le plus grand bonheur du monde : vivre en famille, être près de ceux qu’on aime. Et cet amour irradie tout l’atelier. Pourtant les dernières paroles de cet "enfant" ne quittent pas son coeur. Tout respire l’amour mais aussi le questionnement. Son fiat l’entraîne vers cette parole qui résonne en elle : " Un glaive de douleur te transpercera le coeur". C’est alors pour elle un moment de re-cueillement de tous ces moments d’intenses émotions qui l’aideront à suivre Jésus sur son parcours pour aller au bout de sa mission et finir Vierge de Douleurs.

    Bien des couples, des familles hantent nos esprits à cause des épreuves qui sont les leurs. Que ce tableau soit un temps de contemplation et d’intenses supplications pour eux !

  • Marie, Joseph et l’enfant-Jésus se trouvent dans l’atelier de Joseph, charpentier. Marie et Jésus sont très intéressés par ce que Joseph est en train de “construire”. Et selon la tradition, Jésus va apprendre le métier de Joseph, qui l’aime beaucoup. On peut dire que la vie de cette famille est marquée par le respect, la bonté, la sécurité, l’amour, portant le souci de la bonne éducation de leur fils Jésus. Vrai modèle pour les familles...
    Mais actuellement la société a changé. Il y a eu de nouvelles “formes” au niveau des couples : pas nécessairement une relation entre un homme et une femme, unions temporaires, divorces plus nombreux... Cela cause souvent des problèmes, surtout quand il y a des enfants.
    Cela ne veut pas dire que la famille de Nazareth n’a pas rencontré des difficultés, au contraire. Pensons à la Nativité de Jésus à Bethléem, à la Fuite en Egypte, pour ensuite revenir s’établir à Nazareth, où « Jésus grandissait en taille et en sagesse ». N’oublions non plus la Perte de Jésus dans le Temple de Jérusalem où Marie et Joseph se rendaient chaque année pour la Fête de Pâque. Après 3 jours de recherche douloureuse, ils ont retrouvé Jésus dans le Temple écoutant et interrogeant les “savants”. Et Marie de lui dire : « Mon enfant, pourquoi nous as tu fais cela ? Nous t’avons cherché avec angoisse ». Ils ne comprirent pas sa réponse. Marie a gardé tous ses souvenirs en son coeur : ses doutes, tout ce qui était incompréhensible, mais aussi des moments heureux. 
    Affectueusement, elle a suivi le cours de la vie de son fils, jusqu’à la croix.

    Marie et Joseph avaient confiance en la bonté et l’amour de Dieu toujours présent au coeur de leur vie.

  • La famille est réunie dans l’atelier. Marie et Jésus regardent Joseph travailler le bois.
    La lumière jaillit et éclaire tous les visages ; elle met en valeur le rude travail du charpentier.
    Jésus s’initie à son futur métier : on apprend en regardant !
    Marie, elle aussi s’intéresse au travail du père de famille.
    En ce début d’année, nous souhaitons que chacun puisse trouver un travail et en vivre pour le bonheur de la famille. Que chaque personne ait des conditions de travail qui respectent sa dignité, dans un esprit de solidarité et de service.

Têtiere actus

Contempler une image


Voir aussi :

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 15 décembre 2019

Notre foi, sans cesse confrontée aux mutations du monde actuel, a besoin de s’éclairer et de s’affermir de façon permanente (Règle de Vie)
Pied partage