Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Témoignage de Jacqueline, postulante

Accueil > Devenir sœur du Christ Rédempteur > Témoignage de Jacqueline, postulante

Les soeurs du Christ Rédempteur

Vierge à l'enfantJe me nomme Jacqueline B. Je suis originaire du Diocèse de Koupéla (Burkina Faso) et de la paroisse de Zorgho. Je suis en 1re année de postulat chez les Soeurs du Christ Rédempteur. Notre entrée au postulat s’est déroulée le 14 octobre 2O19 à Fada. Le symbole de la vie qui m’accueille durant cette année de formation est la Vierge Marie. Je l’ai choisie parce que Marie est celle qui intercède pour nous et surtout je contemple en elle une femme qui a vécu l’obéissance toute sa vie en nous donnant Jésus. Et j’aimerais m’appuyer sur cette vertu pour pouvoir bien vivre mon choix d’être religieuse et profiter des grâces nécessaires pour ma formation.

Je veux partager avec vous comment nous avons vécu le carême dans le confinement :

1 - Dans notre diocèse, le carême a débuté le mercredi des cendres avec la lettre du Pape FRANCOIS sur LE CAREME 2O2O, lue et commentée dans presque toutes les paroisses. Tout se passait bien jusqu’au début de mars où nous avons appris, à notre grande surprise, le test positif du couple Karambiri (pasteur) au Covid 19. Quelques jours après, la Conférence des Evêques du Burkina-Niger et le Gouvernement burkinabé ont dicté les mesures et consignes sanitaires strictes afin d’éviter la contamination. Un couvre-feu a été décidé par les responsables des régions et provinces. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés dans le confinement.

Chemin de croix au Postulat pendant le Carême 2 - Le Carême dans le Carême.
Depuis la suspension des célébrations en paroisse, nous vivons recluses dans notre maison. Les premiers temps, nous avons eu la chance d’avoir des prêtres qui passaient dans nos communautés religieuses pour nous faire vivre l’Eucharistie avec une observance des règles d’hygiène et un effectif limité à 1O personnes. Ainsi, nous avons vécu tous nos chemins de croix en communauté. Une nouvelle réorganisation des prêtres a permis de concentrer les célébrations eucharistiques seulement dans deux lieux de prière : la cathédrale, avec rediffusion par la radio taamba, et la chapelle de l’Adoration perpétuelle où nous vivons désormais la messe tous les jours (effectif limité à 1O personnes).

Ce confinement ne nous a pas empêchées de vivre notre vie spirituelle, grande faveur pour nous. Ainsi, notre retraite de carême s’est convertie en récollection de trois jours que nous avons beaucoup appréciée au cours de la semaine sainte. La veillée pascale a été marquée par le renouvellement des vœux de nos sœurs Juliette, Marie-Hélène et Marthe Claire à la chapelle de l’Adoration. Dans cette même chapelle, nous avons pu vivre la messe du jour de Pâques. Par rapport aux autres fidèles, nous avons la chance de vivre l’Eucharistie tous les jours, en communion avec les autres qui ne peuvent prendre part à la messe que par la rediffusion.

Retour des champs avec la récolte d'épis de maïsCe temps de carême fut très particulier : nous avons eu à sortir de nos habitudes, pour vivre autrement afin de ne pas laisser se propager la maladie. Ce confinement a favorisé un rapprochement entre nous, sœurs et postulantes, une nouvelle présence à l’autre. Ce fut une vraie conversion de nos rapports les unes envers les autres et un changement spirituel dans notre vie de prière et de vie communautaire

Jacqueline B., Postulante de 1re année

Portfolio

Têtiere actus

Devenir sœur du Christ Rédempteur


Voir aussi :

Pied partage
Têtiere partage

Parole du jour - 29 novembre 2020

« Marchez en ma présence avec ferveur et gardez le silence intérieur. C’est au milieu du calme que je révèle à l’âme les secrets de mon cœur » (Chant P. Le Taillandier)
Pied partage