Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Terres de Jim : « La question du sens m’a rattrappé » (1/2)

Les soeurs du Christ Rédempteur

Lors de "Terres de Jim" - fête européenne des jeunes agriculteurs - les 7, 8 et 9 Septembre, à Javené, près de Fougères - Xavier Bonvoisin, du Diocèse d’Arras, nous a donné son témoignage. Responsable d’un GAEC pendant 27 ans, à 50 ans il dit : « La question du sens m’a rattrapé. J’ai choisi de partir, sans savoir ce que j’allais faire ».

Riche de ses expériences de salarié à “Solidarité paysans”, de coordinateur régional de l’Association ARCADE (Solidarité Paysans en Nord/Pas-de-Calais), et de président du CMR, il dit :
« C’est avec humilité que je prends la parole. Maurice BELLET m’a appris la règle des 3 P : PARTIEL parce que je ne sais pas tout, PARTIAL parce que c’est issu de ma propre histoire et PROVISOIRE parce que j’espère que vous allez m’enrichir et d’autres après vous.

Des participants à « Terres de Jim » le 8 Septembre 2018La crise que nous vivons renvoie chacun à sa propre vie, ses modes de vie. Elle est une chance car de multiples défis sont devant nous ; et toutes les énergies sont nécessaires pour les relever car nous touchons aux limites. Une chance, même si elle provoque de la souffrance car elle permet de se reconstruire collectivement.

“Le vivant n’a pas dit son dernier mot”. A partir de 3 verbes : Faire naître, Prendre soin et Nourrir, je vais tenter de faire émerger les enjeux en question.

1. FAIRE NAÎTRE :
- Une naissance à soi-même
Ma conviction, c’est que quand on naît, on n’est pas encore tout à fait humain. Grâce aux rencontres de notre vie nous naissons à nous-même ! C’est une évidence, mais de moins en moins pour les jeunes. Jusque vers les années 50, la société dictait pratiquement les choix. Depuis 50 ans, on a une grande liberté sur la vie, l’éducation. Les personnes ont des choix difficiles à faire car ils demandent un travail sur soi, et c’est important de prendre en compte cette nouveauté. Beaucoup de jeunes sont en souffrance par rapport à cela. Qu’est-ce que je vais faire de ma vie ? Quelle profession, quelle religion, quelle orientation sexuelle ? Choix qui peuvent épuiser un certain nombre, les jeunes notamment.

-  Organisateurs et Conférenciers - Matin du 8 Septembre 2018Faire naître l’autre à lui même : On a aussi, quelque part, à faire naître l’autre à lui-même. Je pense que c’est par la parole et particulièrement une parole d’encouragement. Mon expérience d’accompagnement à “Solidarité paysans” a été une expérience très importante qui rejoint l’Évangile. C’est dire à quelqu’un en souffrance qu’il a un avenir devant lui : sa propre limite, ses difficultés peuvent être traversées. Cette parole d’encouragement permet à l’autre de se dire qu’il n’a pas un mur devant lui, il peut entrevoir une espérance ».

(à suivre)

Recueilli par Sr Gabrielle HELLEUX, SCR