Les soeurs du Christ Rédempteur
Des religieuses apostoliques Origines et Histoire Notre spiritualité Où sommes-nous ? Devenir sœur du Christ Rédempteur Avec les laïcs La main de Anne Boivent sur l'Evangile selon saint Matthieu
Les soeurs du Christ Rédempteur
menu

Visitation bienheureuse...

Les soeurs du Christ Rédempteur

Le mois de Mai s’achève. Au calendrier, le 31 Mai indique “Visitation de Marie à Elisabeth”.

Marie et Jeannine viennent nous « visiter »...Aujourd’hui, en cette belle journée ensoleillée, c’est notre communauté qui a la joyeuse surprise d’être « visitée » : une voiture rouge stoppe devant notre grande maison. Marie et Jeanine, nos soeurs fougeraises, ont fait le déplacement pour venir à notre rencontre : simple événement d’une relation cordiale, familiale.
“Visitation bienheureuse” : accueil fraternel au travers d’un bonjour amical, simple salutation, merveilleuse vibration de nos cœurs, heureuse rencontre…

Un moment d’échanges s’instaure. Au seuil de nos 80, 90, 96 ans, de nombreux souvenirs “surgissent” : telle l’évocation de notre savoir-faire toujours efficace quand il s’agit de la confection de bonnets et d’écharpes multicolores, ou de l’atelier “icônes”, très apprécié de nos visiteuses...

Puis la communauté se rassemble autour de Marie et Jeanine pour un goûter ; manière de nous “redire” la chaleur de nos cœurs. Présence sereine, agissante, signe d’une joie, d’une espérance qui nous habite.

Joie de pouvoir « donner du souffle » à nos rencontres !Heureuses sommes-nous en ces moments forts qui nous rendent capables
- de “puiser des forces nouvelles” pour vivre dans une plus grande attention mutuelle, pour venir en aide les unes aux autres
- de donner du souffle à nos rencontres, remerciant nos messagers porteurs d’amitié, porteurs d’une Bonne Nouvelle.

Et si nos vies aujourd’hui étaient « des visitations » ?
... un peu à la manière de celle de Marie à sa cousine, évoquée dans ces quelques strophes du beau poème de Marie-Noël (extrait du « Rosaire des Joies) ») :

La visitation

La vieille Elisabeth sur sa porte fleurie
File, écoutant des yeux les pas lointains du soir…
Voici par le sentier sa cousine Marie,
Celle de Nazareth, qui monte pour la voir.

Voici venir Marie avec sa grand’nouvelle
Ce qui l’autre semaine est en elle arrivé…
Elisabeth la voit et court au devant d’elle
Laissant rouler au vent son fil inachevé.

Dieu sait ce qu’elles ont toutes les deux ensemble
De pressant à se dire ! Et pourtant l’entretien
Leur manque tout à coup, la joie en elles tremble,
Leurs mots se sont perdus, elles ne disent rien.

… C’est impossible, ô Dieu ! C’est une rêverie…
Impossible ! Et pourtant plus vrai que tout, plus vrai
Que le soleil qu’on voit. Et le cœur de Marie
En a chanté comme un buisson au mois de mai.

**********
Sr Martine F., SCR, Louvigné du désert
29 mai 2019

Portfolio